Madagascar: Trajet Ampanihy / Toliara - Les animaux voyagent avec les passagers

Stupeur, colère et désolation pour les passagers à bord du véhicule 0012 UB ayant effectué le trajet Ampanihy-Toliara, la semaine dernière. Le camion transformé en véhicule de transport de personnes a transporté des animaux lesquels ne sont même pas accrochés au porte-bagage mais s'assoient aux pieds des passagers, qui sont déjà à l'étroit avec dix ou douze personnes sur une banquette. « Il y eut des chèvres et des volailles notamment. Une chèvre a été expressément glissée sous mes pieds qui flottent déjà vu les cartons de PPN pilés sous les banquettes » témoigne un passager.

Au bas fond, près de la sortie du véhicule, d'autres chèvres et des volailles ont été placées avec d'autres marchandises. « Nous étions déjà bondés et je ne vous raconte pas les diverses odeurs qui s'y sont dégagées durant le trajet de presque 18 heures. Ce qui me désole c'est qu'il y a eu des passagers qui n'acceptent pas les chèvres dans leur croyance mais obligés de voyager avec » poursuit la source. Un autre passager dénonce le fait qu'il n'y a pas de respect de droit de l'homme ni de droit tout court.

Cahier de charges

« Quand nous avons haussé le ton en voyant les animaux avec nous dans le véhicule, les chauffeurs et les aide-chauffeurs ont répliqué d'une manière très impolie et irrespectueuse. Ils nous disent de louer un 4×4 ou de descendre si nous ne sommes pas d'accord » regrette-t-il.

C'est l'inconfort total que de voyager à bord de ces camions transporteurs. Déjà que dès 10h de matin où ils quittent Ampanihy, les arrêts se font à tout moment et n'importe où. Les bâches latérales sont relevées et la poussière règne en maître jusqu'à Andranovory, soit jusqu'à 2 heures du matin le lendemain. « Il y eut des éléments des forces de l'ordre en route mais ils ne sont pas montés à bord du véhicule. Ils font le tour du camion, jettent un coup d'œil au papier du taxibrousse et nous font partir » raconte la source. Le directeur régional du Transport pour Atsimo Andrefana explique qu'un cahier de charges existe bel et bien, régissant les coopératives de transport.

« Peu suivent ce qui est écrit. Les animaux ne sont pas autorisés à voyager avec les humains. Leur transport est accordé s'ils sont mis au moins sur les porte-bagages et seulement en période de fête. Les volailles doivent être mises en cage et les chèvres mises dans des sacs qui laissent juste entrevoir leur tête. Mais c'est difficile de faire appliquer les lois. Ils font sûrement monter les animaux après le contrôle au départ de l'ATT » reconnait Bin Mourchid, directeur régional du Transport. Il dit en revanche mener des enquêtes sur ce cas précis de la semaine dernière et y engager des sanctions à l'encontre du transporteur.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X