Madagascar: Opposition - Pour la Vème République et de nouvelles élections

L'opposition cible particulièrement le président de la République et la Haute cour constitutionnelle.

« Le pays est en train de sombrer ». C'est avec cette phrase que l'opposition, réunie pendant deux jours dans un centre privé, a conclu sa cogitation dans le cadre de la « concertation nationale ». Elle dresse un bilan du mi-mandat du régime et reste convaincue que « le pays prend une mauvaise direction ». « La pauvreté est profonde et les difficultés affectent désormais chaque foyer », ont soutenu les partis politiques qui ont assisté à la réunion sous la houlette de Marc Ravalomanana.

Violations. Le ton n'a pas changé chez les partisans de la plateforme RMDM. « La dictature s'installe et les intimidations sont devenues une pratique courante dans l'administration des affaires publiques », déclarent-ils dans une résolution. Et de poursuivre qu'« il n'y a plus de démocratie ni d'État de droit et la Constitution est constamment violée ». Selon ces derniers, le président de la République est auteur de « violations répétées de la Constitution » et a failli dans le « respect du serment qu'il a prêté ». C'est pour cette raison que l'aile dure de l'opposition veut la « démission » de Andry Rajoelina.

Vème République. À entendre les partisans de Marc Ravalomanana, une nouvelle République devrait être alors érigée. À l'issue de leur réunion de ce week-end, ils veulent « l'abrogation de la Constitution et la consultation de toutes les parties prenantes pour une nouvelle Constitution en vue de l'avènement de la cinquième République ». Et l'adoption d'une nouvelle Constitution devrait passer par une consultation populaire. L'opposition sous-entend ainsi l'organisation de nouvelles élections. Par ailleurs, l'opposition veut également « la démission des membres de la Haute Cour Constitutionnelle ». Et les « nouveaux membres seront élus par des juges sur la base de leurs expériences afin d'être véritablement indépendants », soutiennent les partisans de Marc Ravalomanana. Et de poursuivre que « des systèmes judiciaires indépendants seront mis en place ».

Vaccination. La réunion des détracteurs du régime, le week-end dernier, n'a pas manqué non plus d'aborder le sujet de la gestion de crise sanitaire. Ils maintiennent que « la vaccination de masse est requise, dans la lutte actuelle contre la Covid-19, afin de protéger le peuple malgache et accélérer la relance économique ». L'opposition a toujours défendu les injections pour mieux riposter à la pandémie et propose l'« amélioration du secteur de la santé : fourniture d'équipements à tous les agents de santé et à tous les centres de santé pour faire face à toutes les épidémies comme la Covid-19, la peste, le paludisme, etc. ».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X