Sénégal: Cem amical Cabral de Ziguinchor - Au début était le camp militaire du Paigc

26 Juillet 2021

Berceau des leaders du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (Paigc), le Collège d'enseignement moyen technique (Cemt) de Ziguinchor a servi de base militaire à la Guinéé-Bissau lors de la lutte d'indépendance en 1972.

L'établissement qui porte le nom du fondateur du Paigc fait partie aujourd'hui des structures d'excellence dans la ville de Ziguinchor.

ZIGUINCHOR - À peine le grand portail franchi sous une pluie fine, nous faisons face à la cour et au grand couloir qui mène aux anciens dortoirs. À bord d'un taxi, il faut traverser une grande allée pour rejoindre le bureau du principal de l'établissement. Le Collège d'enseignement moyen technique (Cemt) Amilcar Cabral sis au quartier Tilène de Ziguinchor incarne toute une histoire.

Outre le fait qu'il a eu à servir de base arrière aux soldats de la lutte de libération de la Guinée-Bissau, l'établissement est aussi un sanctuaire qui a participé à la formation de l'élite bissau-guinéenne. Dans cet antre de la renaissance africaine, règne un calme olympien. Il est 11 heures en cette matinée de vendredi 16 juillet 2021. Les élèves sont dans les salles de cours.

Le cinquième Principal de l'histoire de ce collège, Gaston Gomis, nous accueille et nous oriente vers les anciennes chambres qui ont servi de logement aux éléments du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (Paigc). Le site était octroyé par le défunt Chef de l'État du Sénégal, Léopold Sédar Senghor à feu Amilcar Cabral lors de la lutte pour l'indépendance. Les enseignements-apprentissages se déroulaient sous le régime d'internat. C'est cet endroit militaire au début qui a été érigé en Collège d'enseignement moyen (Cem) en 1972.

Les dortoirs exigus ont été transformés en salles pédagogiques. Ici, une classe peut accueillir jusqu'à 40 élèves. Pour cette année, ils sont au total 1.518 apprenants à s'inscrire dans cet établissement qui, d'après le Principal, a toujours été une référence. Une école, dit-il, qui a contribué à la formation des cadres de la République de Guinée-Bissau. «Aujourd'hui, vous allez en Guinée-Bissau, la plupart de ses cadres ont été formés dans cet établissement avec l'autorisation du Président de la République d'alors, Léopold Sédar Senghor.

C'est pour vous dire que cet établissement est une référence historique panafricaine. Outre les cadres de la Guinée-Bissau, beaucoup de Sénégalais ont également été formés ici», a rappelé M. Gomis. L'établissement, certifie-t-il, a toujours obtenu de bons résultats. M. Gomis a été nommé Principal du Cem Amical Cabral en 2015, suite au départ de Papa Tamsir Sadji.

Des performances soutenues par une stabilité

Depuis 10 ans, le Collège d'enseignement moyen (Cem) Amical Cabral de Ziguinchor n'a pas connu un mouvement d'humeur, se réjouit le Surveillant général des classes de 6ème et de 3ème, Ismaïla Coly. Dans cet établissement qui compte 28 classes pédagogiques, le travail repose sur toute une philosophie : «Réussir à tout prix et chaque année pour honorer le parrain Amical Cabral».

Cet homme politique né en 1924 à Bafata a eu à séjourner dans cette «base arrière» et a travaillé d'arrache-pied pour permettre à son pays ainsi qu'au Cap-Vert d'accéder à leur souveraineté internationale. Les rares fois que les enseignements-apprentissages ont été perturbés, c'est parce que les élèves ont été délogés par leurs camarades des autres établissements publics en mouvement d'humeur. «Ici, dans notre école, beaucoup de professeurs sont dévoués à leurs tâches. Ils sont conscients de l'avenir des enfants.

À leur tour, les élèves ont également compris que la violence ne règle rien du tout, et qu'il faut privilégier le dialogue. Je puis vous assurer que cela fait plus de dix ans, que nous n'avons pas connu de grève. Ce qui déteint sur les résultats. Et c'est une excellente chose», explique Ismaïla Coly. Poursuivant, il affirme qu'au début de chaque année, les instances dirigeantes du collège se fixent des objectifs à atteindre.

Aussi, le Principal de l'établissement insiste sur le fait que «malgré les ressources financières limitées dont dispose l'école pour son fonctionnement, les résultats suivent». En 2018, sur 241 candidats inscrits au Brevet de fin d'études moyennes (Bfem), 95 ont obtenu leur sésame au terme des épreuves. Soit un taux de 79,78%.

Lors de la session 2019, la même dynamique de succès a été maintenue, renseigne le Principal du Cem. Sur un total de 283 inscrits, 194 élèves ont décroché leur diplôme, soit un taux de réussite de 68,55%. L'année dernière, le collège a eu un taux de réussite au Bfem de 80,54% sur un total de 236 candidats. Pour cette année, le Principal se fixe un objectif de 85%. Il a salué les efforts du corps professoral et la discipline des élèves. «Des aspects qui ont permis d'obtenir ces bons résultats», a dit M. Gomis.

Au Cemt Amilcar Cabral, le nombre d'élèves augmente tous les ans. Pour contenir ce flux continu, l'État du Sénégal y a construit, en 2015, deux nouveaux bâtiments de deux classes chacun. Cependant, le chef de l'établissement soutient que l'urgence demeure la construction de blocs administratifs, d'une bibliothèque et d'autres salles de cours. Gaston Gomis plaide pour un environnement beaucoup plus rayonnant afin de maintenir la renommée du collège dans le département de Ziguinchor.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X