Cameroun: Energie - La main tendue au secteur privé

Les industriels invités à s'investir dans ce secteur lors de la rencontre entre le Minee, l'Arsel et des représentants du Gicam à Douala ce 22 juillet.

Le secteur de l'électricité fait face à plusieurs contraintes. En termes de qualité de service ou de quantité d'énergie produite se traduisant par l'instabilité de ladite énergie. De plus, les responsables de l'Agence de régulation du secteur de l'électricité (Arsel) affirment qu'il y a une augmentation importante de la charge de combustible consécutive à la faible disponibilité du barrage de Lagdo due aux aléas climatiques, la faible disponibilité de la centrale de Memve'ele, la persistance des contraintes de congestion du réseau de transport, etc.

Pour le gouvernement, la rencontre de Douala avait pour objectif de trouver, en association avec les acteurs du secteur privé, des mécanismes qui permettront de faire face à l'évolution des charges du combustible et d'aboutir à un meilleur dispatch technique et économique. « Nous avons fait un diagnostic qui est suffisamment franc. Nous avons élaboré un plan d'action pour donner une énergie de meilleure qualité au secteur industriel. Il faut bien comprendre aujourd'hui que les principaux consommateurs ce sont ces industries », a souligné le ministre de l'Eau et de l'Energie Gaston Eloundou Essomba.

La rencontre de Douala a abouti à la mise en place d'une plateforme regroupant tous les acteurs du secteur de l'électricité. Les membres de la plateforme initiée par le Gicam se regrouperont régulièrement pour adresser les préoccupations en termes de production de l'énergie électrique, de manière à trouver des solutions efficaces. Le ministre Gaston Eloundou Essomba a fait savoir qu'à court terme, il se pose un problème de poteaux bois, dont le besoin se chiffre à 700 000.

La production des poteaux en béton comme solution demeure faible, avec une production annuelle de 55 000 poteaux. « Nous avons invité les opérateurs économiques en leur disant, voilà une bonne opportunité d'affaires. Les opérateurs sont bien disposés à migrer. Nous avons constaté que l'autoproduction de l'énergie électrique représente 450 Mw, un peu plus que le barrage de Nachtigal », a soutenu le Minee.

Le Gicam, par la voix de son président, Célestin Tawamba a déclaré avoir apprécié la main tendue du gouvernement au secteur privé pour contribuer et être un acteur majeur de ce secteur. « Il est question pour nous, pour faire valoir notre patriotisme économique, faire valoir ce développement inclusif, d'appeler les acteurs du secteur privé à prendre leur part de responsabilité dans le marché de l'énergie », a-t-il relevé.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X