Seychelles: Le pays met une pause dans la construction de nouveaux hébergements touristiques à la Digue

Un moratoire sur la construction de nouveaux hébergements touristiques sur La Digue, la troisième île la plus peuplée des Seychelles, entrera en vigueur le 1er août, a annoncé un haut responsable du tourisme, lundi.

La pause sur la construction d'établissements touristiques fait partie des recommandations formulées après la réalisation d'une étude de capacité d'accueil pour l'île de La Digue de 2019 à 2021.

Le ministère du Tourisme a chargé un consultant indépendant - Sustainable Travel International - d'entreprendre l'étude qui s'est achevée au mois de février.

Une étude de la capacité d'accueil est réalisée pour établir l'état actuel du développement du tourisme en ce qui concerne un certain nombre d'indicateurs clés tels que l'économie, l'environnement, le bien-être social, ainsi que l'infrastructure productive.

La directrice des politiques, de la recherche, du suivi et de l'évaluation au ministère du Tourisme, Bernice Senaratne, a expliqué que l'étude visait à établir le nombre de changements pouvant se produire sur l'île tout en restant durable.

« Il est recommandé d'arrêter la construction de nouveaux établissements jusqu'en 2023. Le moratoire de 2013 sur la construction de nouveaux hôtels a eu un impact sur le type d'hébergement qui y était construit et il n'a pas freiné la croissance rapide du nombre de chambres sur l'île. Il est recommandé qu'il n'y ait pas de nouveaux développements d'hébergement jusqu'à ce que les impacts de la pandémie sur les arrivées de visiteurs soient mieux compris », a déclaré Mme. Senaratne.

Elle a poursuivi en disant qu'il était important que toutes les parties concernées comprennent qu'il existe un plan de réouverture du développement, mais seulement jusqu'à ce que certaines conditions soient remplies.

« D'ici 2023, on s'attend à ce qu'il y ait des conditions plus favorables, c'est-à-dire que le taux d'occupation des hôtels se serait rétabli et que des investissements dans des infrastructures productives auraient eu lieu. D'autres recommandations incluent la mise en place d'un plan de relance pour répondre aux effets de la pandémie du COVID-19 sur le tourisme, l'économie et les entreprises, tant sur les visiteurs que sur les résidents", a déclaré Mme. Senaratne.

En ce qui concerne le taux d'occupation, il a été souligné que les chiffres de 2018 montraient que les grands et moyens hôtels avaient un taux d'occupation plus élevé que celui des gîtes et des maisons d'hôtes. Pour les grands et moyens hôtels, il était de 65% mais inférieur pour les gîtes à 63 et encore plus bas pour les maisons d'hôtes à 59.

En 2019, il y avait 675 chambres disponibles pour les touristes sur La Digue. De plus, il y a 105 chambres qui ont été approuvées par les autorités locales pour être construites ou en construction. Cela représente une augmentation de 18 % du nombre de chambres mises en ligne dans un avenir proche.

L'un des résultats de l'étude montre que La Digue est fortement dépendante du tourisme, qui est le principal contributeur économique des Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental.

Photo : L'étude a également montré que le tourisme a amélioré la qualité de vie des habitants de La Digue mais qu'il a augmenté la pression sur les infrastructures (Gerard Larose, Seychelles Tourism Board) Photo License: CC-BY

Mme. Senaratne a ajouté que cela le rend vulnérable aux chocs externes comme on l'a vu avec la pandémie de COVID-19 où la majorité des entreprises et des résidents ont été touchés.

"Les 20 années de développement rapide de l'île n'ont vu qu'une focalisation unilatérale en matière de développement de produits. L'investissement a été principalement dans l'hébergement et il y a eu peu d'innovation et d'autres activités qui favorisent l'expérience des visiteurs, que ce soit la nourriture et les boissons, des activités spécialisées ou encore des activités qui promeuvent la culture de La Digue. En conséquence, il y a un manque d'activités et de possibilités de dépenses sur La Digue », a déclaré Mme. Senaratne.

L'étude a également montré que le tourisme a amélioré la qualité de vie des habitants de La Digue mais qu'il a accru la pression sur les infrastructures. Les risques comprennent des services publics déficients et un système de gestion des déchets approprié, ce qui rend la situation plus urgente sur l'île.

"Ces risques ont réduit la qualité de vie des résidents car ils se disputent les mêmes ressources que celles nécessaires pour répondre à l'arrivée des visiteurs. Cela se voit dans le nombre de coupures d'électricité sur l'île, ainsi que les sources d'approvisionnement en eau douce limitées trouvé là-bas », a déclaré Mme. Senaratne.

Un certain nombre de contraintes ont également été identifiées pour l'environnement. La décharge, située dans un point névralgique touristique de L'Union, fonctionne actuellement à pleine capacité. Sa proximité avec l'Anse Source D'Argent signifie qu'elle constitue une menace pour la qualité de l'eau.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X