Congo-Brazzaville: Eau potable - La pénurie fait vivre les forages privés à Pointe-Noire

De nombreux quartiers de Pointe-Noire continuent d'utiliser des forages privés par manque d'approvisionnement en eau potable de La Congolaise des eaux (LCDE).

La qualité de l'eau des forages privés semble quelque peu impropre à la consommation, selon certains habitants de Pointe-Noire. Plusieurs d'entre eux soulignent que les proprétaires de ces ouvrages ne tiennent pas compte des mesures d'hygiène aussi bien dans la construction que dans la fourniture d'eau. « Depuis 2009, nous buvons l'eau des forages. Après l'avoir recueillie, nous constatons un dépôt dans le récipient », a déclaré une ménagère du quartier Nkouikou.

En outre, les agents du service d'hygiène n'étendent pas leur inspection dans tous les quartiers de Pointe-Noire, selon certains observateurs. D'après nos investigations, on apprend que ces inspecteurs s'arrêtent au niveau des arrondissements 5 Mongo-Mpoukou et 6 Ngoyo. Le directeur de cabinet de l'ancien ministre de l'Energie et de l'Hydraulique, de passage à Pointe-Noire, en 2019, avait déclaré: « la prolifération non contrôlée des forages d'eau dans la ville est une menace de la nappe d'eau souterraine, par l'intrusion du biseau salé, synonyme de rupture de l'interface eau douce et eau saumâtre. En plus, ces forages sont souvent réalisés dans le mépris total des normes et pratiques universelles en la matière, exposant ainsi la nappe d'eau souterraine à la pollution ».

A en croire les explications de certains chefs de quartier, les forages privés deviennent une véritable activité lucrative : « Un bidon d'eau coûte 50 à 100FCFA. Ces forages sont parfois rarement lavés et certains propriétaires utilisent des tuyaux impropres ».

Nombreux sont des ponténégrins qui se demandent à quand l'eau de LCDE arrivera-t-elle dans leurs quartiers. Par ailleurs, en ce qui concerne les forages non conformes, l'une des autorités en charge de ces questions déclarait en 2019 que le gouvernement, avec l'appui des partenaires techniques et financiers, avait mis en œuvre un projet intutilé: « Cartographie des auto producteurs d'eau qui vise la mise en place d'un système de suivi et de contrôle de leur activité dans la ville de Pointe-Noire en vue de prévenir le risque de rupture de l'interface eau douce/ eau saumâtre ».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X