Madagascar: Projet d'attentat contre le président - « Sanctions sévères contre les militaires impliqués », avertit le MDN

Armée malgache

L'Armée malagasy est sur le pied de guerre. Hier, une véritable démonstration de force a été organisée dans les locaux du ministère de la Défense nationale à Ampahibe. Artilleries lourdes, véhicules blindés, des armes de pointe et même les hélicoptères ont été mobilisés et exposés.

Le Tafika Malagasy se dit prêt à faire face à cette menace d'attentat contre le président de la République qui risque de porter atteinte à la souveraineté de la nation et à la stabilité du pays. Face à cette menace, le ministre de la Défense nationale, le général Léon Jean Richard Rakotonirina a convoqué une réunion d'urgence avec le chef d'Etat-Major des Armées, les trois chefs d'Etat-Major, ainsi que tous les grands responsables au niveau du ministère et ceux de l'Etat-Major.

Avertissement. À l'occasion, le MDN a donné une instruction ferme pour la mise en place de toutes les dispositions nécessaires pour prévenir d'éventuels risques et pour mettre fin aux actions prévues par les auteurs de cette opération qui, selon ses dires « risqueraient de porter préjudices à la sûreté de l'Etat, à la stabilité du régime et au choix du peuple malgache ». Il a aussi lancé un avertissement contre tout militaire en service qui serait tenté de soutenir ce projet. Le général Léon Jean Richard Rakotonirina a notamment rappelé le Code de justice du Service national qui prévoit des travaux forcés à perpétuité pour les militaires commettant une atteinte à la sûreté de l'Etat et/ou une haute trahison. « Il n'y aura aucune tolérance. Nous n'allons pas hésiter à prendre des sanctions sévères à l'encontre des militaires impliqués dans cette affaire », a-t-il averti.

La justice militaire attend de pied ferme les militaires impliqués. Depuis le début de cette affaire, des rumeurs sur l'implication de militaires malgaches circulent. Pour l'heure, leur identité n'a pas été dévoilée, contrairement aux deux anciens officiers français dont les noms ont toujours été cités.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X