Madagascar: Projet d'attentat contre Andry Rajoelina - Madagascar Oil confirme son contact avec Paul Rafanoharana

Armée malgache

Le président directeur général de Madagascar Oil affirme ne pas avoir versé de l'argent à Paul Rafanoharana.

La firme Madagascar Oil, spécialisée dans l'exploration pétrolière, a été citée dans l'affaire d'attentat contre le Chef de l'Etat. Hier, elle a décidé de briser le silence et a donné sa version des faits à la presse. « Benchmark Group a confirmé le 24 juillet 2021 à Madagascar Oil qu'il a reçu un email du citoyen franco-malgache, Paul Rafanoharana, sollicitant un financement à hauteur de 10 millions d'euros à des fins de déstabilisation politique »,a déclaré la société. Elle ne renie pas ainsi son contact avec le présumé cerveau du projet d'attentat qui a visé Andry Rajoelina.

Ethique. Toutefois, « Madagascar Oil n'a jamais versé de l'argent à Paul Rafanoharana », a affirmé Russell Kelly, président directeur général de la société pétrolière. « Au vu du caractère choquant et surprenant de cette demande, la direction générale de Benchmark Group n'a pas répondu à cette demande », a souligné la firme dans une déclaration hier à la presse. Le projet de Paul Rafanoharana n'est pas dans la ligne de conduite de cette société pétrolière, justifie-t-elle. « Madagascar Oil et Benchmark Group imposent le plus haut niveau de conformité et d'éthique à l'ensemble de leurs employés et n'accepteraient aucune éventuelle dérive à ces principes fondamentaux », ont ajouté hier les dirigeants de la société.

Remise en cause. « Nous n'avons pas à nous impliquer dans le débat politique », a soutenu Willy Ranjatoelina, président du collège des conseillers de Madagascar Oil. Et ce n'est pas inscrit dans leur mission, toujours selon ce dernier, la « remise en cause du pouvoir politique en place ». « Nous sommes des hommes d'affaires », poursuit-il. À cet effet, les dirigeants de Madagascar Oil « condamnent fortement toute action visant à porter atteinte à la sûreté de l'Etat démocratiquement élu et réitèrent leur plein soutien à l'Etat malgache et leur volonté de participer au développement économique du pays, dans le respect total des ses lois et de l'Etat de droit qui prévaut dans le pays ».

Envergure. La déclaration, hier, de Madagascar Oil charge le franco-malgache Paul Rafanoharana dans cette affaire qui attire les feux des projecteurs depuis l'arrestation de ce dernier et d'un autre officier supérieur français, son présumé complice. D'autres officiers ressortissants malgaches sont également dans le coup et sont actuellement dans la ligne de mire des enquêteurs. Mais, depuis que des correspondances entre Paul Rafanoharana et la société Madagascar Oil ont fuité dans la presse, l'affaire a pris une autre tournure et donne une autre envergure au projet évité de justesse grâce à la police. Quoiqu'il en soit, d'autres arrestations ont déjà eu lieu, avec d'autres perquisitions. De l'argent liquide a été découvert au domicile de Paul Rafanoharana. Quid alors de l'origine de cette somme ?

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X