Ile Maurice: Kenny Jacquette abattu par un fusil de chasse - Arrêté, Pravesh Ramadith dit avoir vu des toxicos armés

Le crime survenu à l'avenue Dragon, Bambous, hier lundi 26 juillet, où le videur Kenny Jacquette (en médaillon), 31 ans, a été abattu par balle, a vu une première arrestation dans la soirée. Il s'agit de Pravesh Sharma Ramadith, 39 ans et également habitant de Bambous.

Soupçonné d'être le tireur, il devrait éclairer les limiers. Il a dit avoir eu un accrochage avec des drogués sur un terrain près de son domicile. Mais il nie être l'auteur des coups de feu et raconte que les présumés toxicomanes était armés.

Jean Kenny Jacquette, un habitant de Camp-Levieux, est mort à la clinique Bon Pasteur à Rose-Hill, hier.

Auparavant, il avait appelé son beau-père, qui a été entendu par les enquêteurs, pour lui demander de le rejoindre à Bambous. En arrivant, ce dernier a vu un attroupement. Voyant son gendre blessé, il l'a conduit en clinique.

La police de Bambous a reçu un appel sur des coups de feu provenant de l'avenue Dragon et s'est rendue sur les lieux. La clinique a aussi informé la police du cas. La CID de l'Ouest et le Scene of Crime Office ont été sollicités hier après-midi. Dans un premier temps la police pensait que l'origine de l'assassinat remontait à samedi. Ce jour-là, un vigile de Quatre-Bornes, qui sort avec la sœur de Jean Kenny Jacquette, l'aurait appelé pour régler un différend avec celle-ci. Ils se sont vus à une heure du matin au Plaza. Mais Jean Kenny Jacquette n'est pas venu seul. Il était accompagné de huit hommes armés de sabres. Le vigile, qui a porté plainte dimanche, raconte qu'il a été tabassé par la bande et s'est blessé en évitant un coup de sabre. Pris de frayeur, il se serait enfui et s'est fait soigner à l'hôpital Victoria.

La police pense qu'un fusil de chasse a été utilisé pour le tuer et des douilles ont été sécurisées. Ce qui s'est passé au Plaza, dimanche, n'aurait aucun lien avec son décès. L'autopsie par le chef du service médico-légal a attribué sa mort à une blessure par balle au cou. D'autres suspects sont recherchés et l'enquête est menée par le surintendant Sam Bansoodeb, en collaboration avec la MCIT du Sud.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X