Sénégal: Les cinq membres du SYNTTAS suspendent leur grève de la faim

Dakar — Les cinq membres du Syndicat national des techniciens et travailleurs de l'agriculture du Sénégal (SYNTTAS) ont suspendu lundi la grève de la faim qu'ils avaient décidée de reprendre le même jour à la suite de promesses du ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural allant dans le sens d'un retour sur les affectations dont ils avaient récemment fait l'objet, a appris l'APS.

Cette décision a été prise à l'issue d'une rencontre de membres du syndicat avec des autorités du ministère de l'Agriculture et de l'Equipement rural et de facilitateurs, a notamment indiqué à l'APS, Cheikh Abba Diémé, le secrétaire administratif du SYNTTAS.

Vendredi, ils avaient décidé de reprendre leur grève de la faim qu'ils avaient suspendue mardi dernier dans l'attente d'une rencontre avec le ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural.

Pour cette nouvelle étape de leur mouvement d'humeur, les cinq grévistes devaient être rejoints par leurs autres camarades dont certains viendront des régions de l'intérieur du pays.

"Dès lundi, les camarades vont se joindre au mouvement de grève de la faim. C'est un mot d'ordre illimité", avait ainsi déclaré Diémé au sortir d'une rencontre entre le SYNTTAS et le ministre de l'Agriculture.

Il avait expliqué que cette décision avait été prise après que les syndicalistes ont constaté que le ministre de l'Agriculture n'était pas revenu sur sa décision d'affecter certains agents qui ont été amenés à quitter leur poste d'origine en lien avec la grève entamée par ces travailleurs.

"La montagne a accouché d'une souris. On avait posé comme préalable le retour des cinq agents" en question. "On avait demandé qu'ils soient ramenés à leur poste d'origine", avait-il indiqué.

Cheikh Abba Diémé avait fait savoir que le maintien de ces affectations était synonyme d'une rupture de dialogue.

"Avant tout dialogue, il faut ramener les agents affectés, puisque ce sont eux qui participent aux négociations. Ce sont des syndicalistes, ils viennent représenter les travailleurs", avait-il fait valoir.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X