Sénégal: Diourbel / Infrastructures routières défectueuses, manque de sécurité - Keur Baye Laye en colère

27 Juillet 2021

Les populations de Paris 3, dans le quartier Baye Laye Gaye de Diourbel, dénoncent le manque de sécurité qui sévit dans leur localité. Ces populations cohabitent avec un bassin de rétention, source de prolifération de reptiles.

Les populations du quartier Keur Baye Laye Gaye, particulièrement de Paris 3, souffrent de beaucoup de maux. Elles cohabitent avec un bassin de rétention, source de tous leurs maux. Mame Ngagne Diop, l'un des porte-paroles du jour explique : «nous sommes vraiment en danger. Il y a quelqu'un qui est décédé ces derniers temps au niveau du bassin de rétention. Nous vivons avec un danger permanent».

Et Matar Samb de poursuivre : «nous avons au total 5 doléances. Il s'agit d'abord de la réhabilitation de la route Serigne Ablaye Fall Ndar, plus connu sous le nom de la route Keur Cheikh Ibra Fall - Keur Baye Laye Gaye. Il est difficile d'emprunter cette route cahoteuse. Nous voudrions que les autorités prennent conscience des dégâts que peuvent causer cette route. Nous ne réclamons pas de l'aide, mais un du. La 2ème préoccupation est l'existence de bassin dans notre quartier ; car notre mal, c'est d'avoir ce bassin de rétention d'eau dans notre quartier. Beaucoup de maisons sont délogées à cause du débordement des eaux de ce bassin».

Et d'ajouter : «notre 3ème préoccupation concerne l'électrification de notre quartier. Nous voulons également des lampadaires pour sécuriser notre quartier car nous n'avons pas eu notre part du quota que le gouvernement nous a octroyé. En ce qui concerne notre 4ème problème, nous exigeons l'aménagement d'un passage à niveau. Pour se rendre dans notre quartier, on est obligé de faire un grand détour, soit à partir de Keur Cheikh ou de Keur Baye Laye. Nous exigeons l'aménagement d'un passage à niveau.

Et enfin nous fustigeons le manque de réseau d'assainissement des eaux usées de l'Office national de l'assainissement du Sénégal (Onas), alors que nous payons dans nos factures d'eau un forfait pour l'Onas. Nous considérons que c'est une véritable arnaque. Nous voulons l'extension du réseau d'évacuation des eaux usées», a-t-il conclu.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X