Congo-Kinshasa: Honoré Shama Kwete - Le Renadhoc invite Félix Tshisekedi à diligenter une enquête impartiale et sérieuse

"Que le Chef de l'Etat puisse personnellement se pencher sur le dossier de la police qui excelle, depuis belle lurette, dans les bavures et exactions de toutes sortes à l'encontre de la population, qu'elle est pourtant censée protéger. Il est plus que temps de procéder illico presto à la réforme profonde de la police congolaise afin d'y extirper toutes les brebis galeuses. Et par voie de conséquence, améliorer la situation des droits humains en République Démocratique du Congo", insiste le Renadhoc, dans un communiqué.

Réseau National des ONG des Droits de l'Homme

de la République Démocratique du Congo

RENADHOC

National Network of Congolese Human Rights NGO

ONG dotée du Statut Consultatif Spécial auprès du Conseil Economique et Social des Nations Unies (ECOSOC) & Jouissant du Statut d'Observateur auprès de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples (UNION AFRICAINE)

Secrétariat Exécutif National

COMMUNIQUE DE PRESSE

LE RENADHOC CONDAMNE AVEC LA DERNIERE ENERGIE L'ASSASSINAT DE L'ETUDIANT Honoré SHAMA KWETE PAR UN POLICIER

Le Réseau National des ONG des Droits de l'Homme de la République Démocratique du Congo, RENADHOC[1] en sigle, est vivement préoccupé par les bavures récurrentes de la police qui ne cessent de faire des victimes, jusqu'à causer mort d'hommes. Encore une fois, la police nationale congolaise a tué ! Encore une victime de plus !

En effet, le samedi 24 juillet 2021, un étudiant de 2ème graduat en communication de l'Université de Kinshasa, répondant au nom de Honoré Shama Kwete a été cruellement assassiné par un policier dans la commune de Selembao. L'incident est survenu au moment où un groupe d'étudiants était en plein tournage d'une scène cinématographique dans le cadre d'un travail pratique du cours de cinéma.

D'après plusieurs témoignages, Shama Kwete et ses collègues de la Faculté des Lettres avaient déjà obtenu la permission préalable, moyennant paiement d'une somme d'argent, du sous-commissariat Mayimbi 2, quartier Libération, commune de Selembao, pour le tournage.

Tenant absolument à extorquer les étudiants, les policiers sont revenus à la charge pour exiger encore de l'argent. Une fin de non-recevoir leur a été réservée. En réaction, les policiers ont brutalisé les étudiants, en cassant voire en confisquant leurs matériels de tournage.

Ainsi, face à la résistance des étudiants, les policiers ont tiré à bout portant, tuant sur le coup l'étudiant Honoré Shama Kwete et blessant grièvement une autre étudiante, qui a été admise par la suite aux soins intensifs.

Le RENADHOC condamne avec la dernière énergie cet acte ignominieux qui viole gravement le droit à la vie, et par conséquent, exige :

Qu'une enquête impartiale et sérieuse soit diligentée par le gouvernement pour déterminer avec exactitude les circonstances de l'assassinat de l'étudiant Honoré Shama Kwete ;

Que le gouvernement puisse prendre totalement en charge les soins médicaux de l'étudiante blessée ainsi que les obsèques de Honoré Shama Kwete ;

Que le policier auteur du meurtre ainsi que ses collègues soient interpellés et traduits devant la Justice afin qu'ils subissent la rigueur de la loi ;

Que le commandant du sous-commissariat Mayimbi 2 soit interpellé et sévèrement sanctionné ;

Que le Chef de l'Etat puisse personnellement se pencher sur le dossier de la police qui excelle depuis belle lurette dans les bavures et exactions de toutes sortes à l'encontre de la population, qu'elle est pourtant censée protéger. Il est plus que temps de procéder illico presto à la réforme profonde de la police congolaise afin d'y extirper toutes les brebis galeuses. Et par voie de conséquence, améliorer la situation des droits humains en République Démocratique du Congo.

Nous restons saisis de la question pour continuer à défendre jusqu'au bout les droits de l'homme en République Démocratique du Congo.

Fait à Kinshasa, le 26 juillet 2021

Pour le RENADHOC,

Franck CITENDE

Secrétaire exécutif national a.i

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X