Congo-Kinshasa: Pas encore d'accord à la Cenco sur le nom du prochain président de la Céni

Tous les yeux sont tournés vers le siège de la Conférence épiscopale du Congo. Ce midi, les leaders des huit confessions religieuses du pays doivent se mettre d'accord sur un nom de président de la Céni, poste clef pour la tenue d'élections libres et transparentes dans le pays. Le climat n'est pas des plus sereins. Et alors que les chefs des confessions se sont déjà plaints de pressions et même de menaces, ils ont vu arriver ce matin dans la cour de la Cenco des partisans de Martin Fayulu.

L'ancien candidat revendique toujours sa victoire à la présidentielle de 2018 et ses partisans étaient venus réclamer une Céni dépolitisée. Ils sont repartis après avoir déposé leur mémo à l'abbé Donatien N'shole, secrétaire général de la Cenco, qui a promis de le transmettre aux chefs des confessions religieuses. Une chose est sûre, ce qui se passe en ce moment même entre les quatre murs de la Conférence épiscopale peut avoir un impact majeur sur les élections de 2023.

Le président de la Commission électorale, c'est celui qui proclame les résultats provisoires. Et comme le disait l'un des partisans de Martin Fayulu, il n'y a pas une élection au Congo sans violences ni même contestation. À chaque cycle électoral, le président de la Céni a été accusé de faire le jeu du chef de l'État en place et son nom n'a jamais fait consensus, pas même au niveau des confessions religieuses.

Un candidat soupçonné d'être proche de la présidence

Pour les experts électoraux, c'est clair que si le président de la Céni est ouvertement soupçonné de travailler pour l'un des candidats, il sera difficile d'avoir un processus serein, voire même une élection crédible. Et aujourd'hui, comme par le passé, un candidat est soupçonné d'être trop proche de la présidence, Denis Kadima, ce que ce dernier et l'entourage de Félix Tshisekedi ont toujours démenti. Mais c'est l'avis des chefs des églises catholique et protestante.

Denis Kadima est le directeur exécutif de l'Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique et il est le candidat de l'Église kimbanguiste, soutenu par les Églises du réveil. C'est un bras de fer qui se joue. La première manche a eu lieu ce matin au niveau du secrétariat technique, les candidats qui ne remplissaient pas les conditions exigées et notamment celle de l'indépendance devaient être éliminés. À la sortie, il n'y a pas eu de commentaires, mais les mines étaient renfrognées. Dans l'entourage d'un des responsables religieux, on se disait très loin d'un consensus.

Nous ne voulons pas la Céni avec des politiciens.

Les partisans de Martin Fayulu veulent une Céni dépolitisée

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X