Mali: Le sélectionneur de l'équipe nationale féminine junior de basket sous mandat de dépôt

Une source auprès du parquet d'un tribunal de Bamako, a informé ce lundi 26 juillet 2021, nos confrères de l'AFP, de l'arrestation et l'inculpation d'Amadou Bamba pour « pédophilie, tentative de viol et attentat à la pudeur ». Cette arrestation intervient un mois après la publication d'une enquête du New York Times et de Human Rights Watch, qui a révélé un système d'abus sexuels au sein de la Fédération malienne de basket.

Amadou Bamba, 51 ans, est soupçonné d'avoir échangé du temps de jeu ou des équipements en échange de faveurs sexuelles. Selon l'enquête du New York Times et de Human Right Watch, au moins trois joueuses ont témoigné avoir été agressées sexuellement ou harcelées. Celles qui ont refusé d'avoir des rapports avec l'entraîneur, à la tête de l'équipe des U18 depuis 2016, auraient vu leur carrière sabotée.

Sur les réseaux sociaux, la basketteuse Kadiatou Kanouté, présidente de la commission des athlètes du Comité olympique malien, a exprimé « sa compassion » pour les victimes. « J'espère que cette enquête contribuera à nous débarrasser de cette plaie qui gangrène nos terrains », a-t-elle ajouté.

Car c'est tout un système qui a été mis au jour par cette enquête. Le New York Times estime qu'il y aurait plus d'une centaine de victimes dans le milieu du basket depuis le début des années 2000. D'après les témoignages recueillis, la Fédération malienne de basket était au courant de ces abus. Le 28 juin, la justice malienne a ouvert une investigation, qui vise entre autres, Harouna Maïga ; son président.

Une enquête a également été lancée par la Fiba, la Fédération internationale de basket. Son président, le Malien, Hamane Niang, ancien président de la fédération malienne, accusé d'avoir fermé les yeux, s'est retiré temporairement de ses fonctions. Les conclusions de l'enquête de la Fiba sont attendues après les Jeux olympiques de Tokyo.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X