Ile Maurice: Île-aux-Aigrettes - Un an après le désastre écologique, enfin des avancées

Partagez cet article

Après l'épisode tragique du MV Wakashio, qui a eu lieu à seulement deux kilomètres de l'Île-aux-Aigrettes, réserve naturelle gérée par la Mauritius Wildlife Foundation, qui abrite des populations de Pigeons des mares, d'Oiseaux à lunettes, de Cardinaux de Maurice, des reptiles et plantes endémiques, qui figurent sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), qu'en est-il de nos espèces les plus vulnérables ?

«Le désastre a donné lieu à pas mal de pressions positives et il y a eu des avancées conséquentes. Du progrès qu'il faut reconnaître», affirme Vikash Tatayah, Conservation Director à la Mauritius Wildlife Foundation. Il retient la décision prise par le gouvernement de recruter un consultant avec l'aide de l'United Nations Development Programme (UNDP) pour revoir le National Oil Spill Contingency Plan (NOSCP). Un rapport qui indiquerait les mesures à prendre en cas de fuite. Malgré les efforts pour évacuer certaines espèces rapidement, des dommages inévitables ont été constatés après le déversement d'huile. Le grillon endémique, entre autres, a retenu l'attention après le drame car ce dernier vivait sur l'Île-aux-Aigrettes et avait disparu durant des mois avant que Souraj Dwarika, le surveillant de l'Île constate sa réapparition en février 2021.

En juin 2021, le criquet, de son nom scientifique, Makalapobius aigrettensis, a été répertorié par la science comme étant une espèce nouvelle avec une importante présence sur l'Île-aux-Aigrettes. Fruit d'un travail qui a été mené bien avant le naufrage du MV Wakashio. Mais depuis la marée noire, le grillon endémique n'est malheureusement plus aussi répandu sur l'Île. La fondation attend l'arrivée d'un expert, qui devrait se prononcer sur les conséquences de la réduction de la population de l'insecte. Mais son arrivée a été retardée en raison des restrictions sanitaires liées au Covid-19.

Les arbres côtiers de l'Île-aux-Aigrettes avaient également été affectés par le fioul. «Ces arbres ont dû être élagués au moment des opérations de nettoyage. Ils se rétablissent mais il leur faudra du temps pour retrouver leur taille d'origine», déclare Martine Goder, Education and Flora Programme Manager à la MauritiusWildlife Foundation.

Après la fuite d'huile, des reptiles ont été sauvés de l'Île de la Passe, de l'Île Vacoas, de l'Île aux Fouquets (au Phare) et de l'Îlot Marianne. Ils ont été envoyés au Jersey Zoo en Angleterre. Nik Cole, Island Restoration Manager, explique que les reptiles se portent à merveille et qu'un taux élevé de reproduction a été constaté pour le scinque de Bojer et les Lesser Night Geckos. Le scinque de Bouton a, lui, pris un peu plus de temps pour s'adapter, mais il a récemment commencé à produire des oeufs. «Il n'y a eu aucun dommage visible pour nos oiseaux sur l'île, mais nous sommes préoccupés par l'accumulation d'hydrocarbures dans l'environnement. Cela peut prendre du temps, et si cela se produit, les effets pourraient ne pas être immédiatement constatés», explique Sion Henshaw.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X