Ile Maurice: Coût de matériaux en hausse - Construction de maison, un véritable casse-tête

«Fouf ce n'est pas facile ! Je ne sais pas quoi faire !» Jocelyn Moka, un jeune d'une trentaine d'années, construit sa maison à l'étage d'une propriété familiale à Grand-Baie.

«Tout est devenu cher !», constate-t-il. Le Bureau des statistiques lui donne raison. Dans un rapport publié vendredi, il ressort que l'indice de prix de construction, qui était de 108,5 en mars 2021 est passé à 112,4 en juin dernier. À titre comparatif, en juillet 2020, il était à 106,1 alors qu'en juillet 2019, l'indice de prix de construction était à 102,6.

Toujours selon ce rapport, la hausse de prix de divers matériaux, notamment le ciment, les barres de tube rectangulaire, le carrelage et les ouvertures en aluminium sont les principales causes de ce changement au niveau de l'indice du prix de la construction. Jocelyn Moka en sait quelque chose. «Quand j'avais commencé la construction au début de cette année, je payais un pochette de 25 kg à Rs 140. Désormais, c'est à Rs 149. Une barre de fer, qui était à Rs 900 l'unité est vendue à Rs 1 100. Même le rocksand est beaucoup plus cher», dit-il. De plus, le jeune homme avait déjà payé un entrepreneur pour des ouvertures en aluminium. «On était tombé d'accord sur un prix, mais une semaine après, il est revenu vers moi, preuve à l'appui, montrant que les matériaux étaient devenus plus cher. J'ai dû débourser Rs 10 000 supplémentaires. Comment pensez-vous qu'un jeune pourra avoir une maison ?», se demande-t-il.

Le projet de cet homme est arrivé au niveau du crépissage. Le reste de ses économies a été utilisé pour l'achat du rocksand, mais il a dû suspendre les travaux, faute de moyen.

Jocelyn Moka n'est pas le seul dans cette situation. La hausse des prix pourrait pousser des maçons au chômage technique et par ricochet, impacter la croissance. Vinay Greedharee, maçon depuis 18 ans, affirme que beaucoup de projets ont été abandonnés. «Heureusement que je suis déjà sur un chantier car j'ai d'autres clients qui ont mis en veilleuse leur projet. Je connais d'autres maçons qui vivent la même situation. La hausse des prix des matériaux en est la cause», déclare ce maçon.

Le budget préparé par ses clients, dit-il, a été fortement débalancé par la majoration de prix. D'autres, confie le maçon, n'ont pas eu une somme d'argent supplémentaire auprès des banques pour compléter leur maison. «Depuis l'année dernière, nous avons noté un ralentissement dans la construction, mais depuis février de cette année, il y a très peu de clients qui nous sollicitent. Ce sont principalement des personnes aisées qui construisent, mais pas de la classe moyenne», constate Vinay Greedharee.

À noter que la dernière hausse du prix du ciment remonte à fin mai et début juin. Les deux fournisseurs du pays, La Farge (Maurice) et Kolos Cement, avaient majoré le prix de leur produit par Rs 8 pratiquement à la même période. La hausse du coût du fret, avaient expliqué les fournisseurs, était la principale cause de cette hausse.

La construction des routes affectée par d'autres facteurs

Nous avons sollicité la Building and Civil Engineering Contractors Association (BACECA) pour analyser les données de «Statistics Mauritius». Elle précise que ces informations sont relatives au secteur de la construction s'appliquant aux logements. L'indice de prix qui est passé de 108,5 en mars 2021 à 112,4 en juin 2021, représente une augmentation de prix de 3,6 % sur le dernier trimestre. «Notons que depuis janvier 2020, l'indice a globalement augmenté de 9 %», explique-t-on à la BACECA. Concernant la construction des routes considérée comme des «Civil Engineering Works», la BACECA explique que l'impact est plus important. «Selon la formule d'actualisation de prix de la 'Road Development Authority', l'indice s'est envolé de 14 % sur les 18 derniers mois. Ces augmentations de prix sont dues à plusieurs paramètres. Premièrement, il y a l'augmentation du coût du travail en prenant en considération les 'Renumeration Orders' et la 'Workers' Rights Act'. Il y a aussi les tensions internationales qui impactent les prix des matières premières, sans oublier la dévaluation de la roupie. Enfin, il y a eu une augmentation du prix des sources d'énergie.»

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X