Maroc: Fonds Mohammed VI pour l'investissement - L'élan d'une relance durable et inclusive

Casablanca — Le Fonds Mohammed VI pour l'investissement, de par son caractère stratégique et novateur, se veut un mécanisme prometteur pour financier les chantiers d'envergure à même d'enclencher une relance durable et inclusive, laquelle permettra à l'économie nationale de consolider davantage sa résilience.

Baptisé "Fonds Mohammed VI pour l'Investissement" par SM le Roi dans Son discours adressé au parlement à l'occasion de l'ouverture de la 1ère session de la 5ème année législative de la 10ème législature, ce fonds incarne la riposte du Royaume face aux répercussions économiques de la crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19).

Il s'agit d'une approche visionnaire qui laisse présager un meilleur avenir pour l'ensemble des secteurs économiques, en particulier ceux les plus vitaux, lesquels guettent la moindre lueur d'espoir pour amorcer le véritable redémarrage de leurs activités et effacer les pertes de cette crise.

Et c'est dans cette optique que le fonds, doté initialement de 15 milliards de dirhams (MMDH) par le Budget général de l'Etat, cible, entre autres, le tourisme, l'agriculture, les infrastructures, l'industrie, outre les activités à fort potentiel, l'innovation, etc. La diversification des champs d'intervention est l'essence même du Fonds Mohammed VI pour l'investissement.

"Nous souhaitons vivement que ce Fonds joue un rôle de premier plan dans la promotion de l'investissement et le relèvement des capacités de l'économie nationale. Il interviendra pour doter les secteurs productifs du soutien nécessaire et pour financer et accompagner les grands projets envisagés, dans le cadre de partenariats public-privé", avait souligné le Souverain au parlement à l'occasion de l'ouverture de la 1ère session de la 5ème année législative de la 10ème législature.

La bonne gouvernance et la transparence, des maîtres-mots !

Force est de constater que le Fonds Mohammed VI pour l'investissement, de par son statut de société anonyme (SA) qui le soumet aux différentes dispositions de la loi 17.95 relative au SA comme celles sur les mécanismes de contrôle et les principes de transparence et d'intégrité, permet d'initier une nouvelle ère en matière de financement des projets d'investissement.

Cette ère offrira certainement à l'État le recul nécessaire à même de mieux identifier les priorités de son intervention au sein de l'économie nationale, ce qui se répercutera positivement sur les finances publiques.

Une décision sage et bien réfléchie qui est de nature à faire dudit fonds "un modèle de bonne gouvernance, d'efficience et de transparence" en vue de séduire le maximum d'investisseurs et de partenaires privés pour prendre part à ce dynamisme.

D'ailleurs, la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) a affirmé dans son rapport général qu'"à terme, le Fonds Mohammed VI pourrait évoluer vers une Banque Publique d'Investissement, regroupant l'ensemble des instruments existants d'appui au développement des entreprises (garanties, financement, investissement, accompagnement, promotion etc.) et opérant selon un schéma institutionnel souple et efficace".

Un essor qui ne peut que booster davantage la performance de ce fonds pour jouer son rôle de véritable catalyseur d'un développement concret et tangible par tous les agents économiques.

Le potentiel est là ! En témoigne les prévisions du volume d'investissement public au titre de l'année 2021. En effet, à en croire les chiffres d'un rapport sur le bilan de l'action du gouvernement 2017-2021, ce volume devrait atteindre 230 MMDH pour cette année et ce, à la faveur de la création du Fonds Mohammed VI pour l'investissement.

Quoi qu'il en soit, ce fonds est en train de poser les jalons d'une success story à la marocaine qui permettra aux secteurs économiques nationaux de retrouver leurs niveaux d'avant la crise, voire même les surpasser pour à la fois bâtir une économie plus résiliente face à n'importe quel choc et aussi bien se positionner au niveau international.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X