Congo-Kinshasa: Désormais membre de l'AFDC /"Loi Tshiani" - Koffi Olomidé serait-il aussi victime de la "congolité" ?

Afin d'éviter l'infiltration au sommet de l'Etat congolais-rd, Noël Tshiani, ancien candidat à la présidentielle de 2018, a pris l'initiative de proposer une loi à l'Assemblée nationale, dont l'esprit consiste à «verrouiller» l'accès à la présidence de la République et à d'autres «fonctions sensibles» du pays.

Autrement dit loi sur la «Congolité», cette proposition de loi ne réserve qu'aux Congolais de père et de mère la possibilité de postuler à la magistrature suprême en RDC. Plusieurs partis politiques, personnalités mais aussi certaines forces vives du pays s'opposent à cette démarche.

Déposée le 8 juillet à la Chambre basse, cette proposition de loi portée par le député Nsingi Pululu n'en finit pas d'agiter l'opinion nationale et internationale. Elle suscite non seulement depuis une importante levée de boucliers au sein de la classe politique congolaise mais aussi elle concerne aussi d'autres fils qui excellent dans leur domaine respectif. Cas de l'artiste musicien Koffi Olomidé qui risque aussi de tomber victime de cette proposition de loi au cas où elle est adoptée au Parlement.

Légende vivante de la musique africaine, Koffi Olomidé est né à Kisangani dans la partie orientale du Zaïre (aujourd'hui République Démocratique du Congo. Mais, l'artiste -chanteur n'est pas de père et de mère congolais. Sa biographie renseigne que le Roi du tcha-tcho est issu d'une union dont le père est (zaïrois) congolais de Kisangani et la mère Sierra-léonaise. C'était en 1956 lorsque le bébé Antoine Agbepa Mumba Antoine Christophe, devenu plus tard Koffi Olomidé, est venu au monde.

Son père s'appelait Charles Agbepa. Il fut un ancien joueur de football et avait évolué au sein de l'Association sportive V.Club de Kinshasa. Il est décédé, il y a cinq ans à Paris.

Tandis que sa mère se prénommait Aminata Angélique Muyonge affectueusement appelée maman Ami. Une femme battante et commerçante réputée au Marché Central de Kinshasa (Zando) où elle vendait des poissons salés grillés puis des wax. La mort l'avait arraché de l'affection de son célèbre fils bien-aimé, en octobre 2020 à Paris.

Cependant, il est curieux de constater que Koffi n'a jamais évoqué ses origines tribales au cours d'une interview avec la presse. Toutefois, la question est soulevée. C'est une aubaine pour la star de la Rumba congolaise de fixer la lanterne par rapport à l'actualité politique et ses origines.

Qu'à cela ne tienne, certains de ses proches ont toujours soutenu que le père de Didi Stone est congolais 100%. Parce que son père l'était en bon escient. Par contre, sa mère avait des parents 50 % congolais et 50% ouest-africains. Ils confirment que maman Ami serait de la tribu Songye, originaire de Lubao dans la province de Lomami.

Koffi choisi son camp politique

Si tu ne t'occupe pas de la politique, la politique s'occupera de toi, dit-on.

La polémique suscitée par cette proposition de loi dans le microcosme politique en RDC ne laisse pas aussi Koffi Olomidé indifférent.

Evidemment, cette initiative concerne aussi les artistes qui aspirent à embrasser la politique afin de diriger les grandes institutions comme la Présidence de la République. «Il est permis à tout le monde de rêver grand. Pourquoi ne pas devenir Chef de l'Etat. Mais, cette proposition une fois promulguée, risquerait un jour d'écarter même nos célébrités musicales ou sportives malgré leur contribution énorme pour l'émergence et la promotion de la culture ou du sport congolais sur la scène internationale. Exemple : Yousoupha, Koffi Olomidé, Marcel Tisserand, Marie Branser... », commente un observateur averti qualifiant de discriminatoire l'idée de Tshiani.

S'agissant de Koffi Olomidé, le chanteur est suffisamment informé et se prépare à réagir par ses argumentaires solides et convaincants face à cette question brillante d'actualité qui défraye la chronique au pays.

Car, tout peut arriver au Congo. Alors s'il s'avérait que sa mère était de nationalité Siéra-Léonaise, le Quadra-Koraman peut déjà oublier toutes ses ambitions de briguer un jour la Présidence de la République. Malgré toute son opulence et sa notoriété artistique.

Donc, il n'y aura jamais la même chance qu'a connue son meilleur ami le Président Georges Weah au Libéria au cas où la loi Tshiani est votée au Parlement congolais.

Par ailleurs, il faut noter que le patron de Quartier Latin International vient de rejoindre le camp politique du Président du Sénat congolais.

Ce 26 juillet 2021, renseigne-t-on, la star Olomidé a signé officiellement sa fiche d'adhésion au sein de l'Alliance des Forces Démocratiques du Congo, « AFDC » du professeur Modeste Bahati Lukwebo.

Cet engagement est soutenu par plusieurs fans du patron de Quartier Latin qui prépare déjà son avenir politique.

Qui dit mieux ?

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X