Ile Maurice: Sortie de la liste grise du GAFI - Le dernier rapport d'étape soumis vendredi

Le rapport le plus récent que la juridiction mauricienne a soumis aux responsables du GAFI date de vendredi. «Il s'agit d'un rapport d'étape», a indiqué le ministre des Services financiers et de la bonne gouvernance, Mahen Seeruttun. Le but de ce rapport consiste à rendre compte aux responsables du GAFI des progrès réalisés par la juridiction en vue d'éliminer les carences de son système financier, qui jusqu'ici, ne lui ont pas permis de se mettre au diapason des normes mises en place par le GAFI pour assurer le respect de l'intégrité du système financier international.

La soumission de ce rapport vendredi est une des nombreuses mesures prises par le gouvernement pour sortir de la liste grise du GAFI et de la liste noire de l'Union européenne. On reproche à la juridiction mauricienne des manquements pour rapport aux moyens dont elle dispose pour lutter efficacement contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Il s'agit de deux délits considérés comme ayant le potentiel de mettre à mal l'intégrité du système financier international.

Mission technique

La soumission régulière de rapports d'étape n'est qu'un aspect des obligations que Maurice doit remplir pour sortir des listes grise et noire du GAFI et de l'Union européenne respectivement. Le plus dur est à venir.

En effet, dans exactement un mois et 19 jours, à compter du 27 juillet, lors de cette visite d'inspection de trois jours prévue entre les 13 et 15 septembre, la mission des experts du GAFI sera de vérifier sur place si les mesures annoncées officiellement par la juridiction par rapport à ce qu'elle a entrepris pour corriger les carences notées au niveau des moyens mis en place pour lutter contre les deux fléaux susmentionnés sont concrètement appliqués. «Les travaux de cette équipe seront de nature extrêmement technique», souligne le ministre.

C'est ainsi que la juridiction mauricienne amorcera une étape décisive du devenir de son secteur de services financiers. De la conclusion des experts chargés de cette visite d'inspection dépend le sort de ce secteur. Si les experts disent qu'ils sont satisfaits, Maurice pourra pousser un ouf de soulagement car cela signifiera que lors des travaux de la prochaine édition de la session plénière du GAFI, les experts recommanderont que le nom de la juridiction mauricienne soit rayé de la liste grise du GAFI, liste où sont répertoriées les juridictions en qui l'Union européenne ne devrait pas faire confiance. Si tel est le cas, le gouvernement pourra alors fièrement approcher l'Union européenne pour lui dire que le moment de sortir la juridiction mauricienne de sa liste noire est arrivé.

Mahen Seeruttun se dit optimiste que les nombreuses initiatives prises par le gouvernement de Maurice pour se mettre aux normes du GAFI devraient permettre au pays de s'extraire des deux listes.

Le même optimisme règne au niveau du secteur privé. Le Chief Executive Officer de Mauritius Finance, Samade Jhummun, estime que, si la visite d'inspection des experts du GAFI est concluante, le gouvernement devra se préparer à approcher l'Union européenne. «Il faudra tout faire ensuite pour ne pas nous retrouver sur aucune de ces deux listes à l'avenir.»

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X