Ile Maurice: Simla Kistnen - «Après que j'ai perdu mon mari, on m'insulte et on me traîne dans la boue»

Comme nous l'avait dit l'ex-juge Vinod Boolell, l'enquête judiciaire peut être rouverte si de nouveaux éléments surgissent. Il semble que ce soit le cas. Ce qui renforce la conviction de la veuve de Soopramanien Kistnen que la vérité finira par éclater. Elle nous livre ses impressions dans l'interview qui suit.

L'enquête judiciaire sur le décès de votre époux a repris aujourd'hui. Dans quel état d'esprit êtes-vous ?

Je suis déterminée et confiante que la justice suivra son cours et que la vérité finira par éclater. Surtout que maintenant, j'ai entendu qu'il y a de nouveaux éléments dans l'enquête. Cela me donne beaucoup d'espoir et plus de force... Je dis que les coupables, peu importe qui ils sont, doivent payer pour ce crime et répondre de leurs actes.

Vous avez effectivement passé beaucoup de temps en cour lors des travaux de l'enquête judiciaire. N'est-ce pas fatigant ?

Oui, très même. Mais il est important que je sois là. Je ne veux rater aucune réponse des témoins auditionnés. Tous les détails sont précieux. Je dois cependant souligner que j'ai le soutien inconditionnel de mes proches, qui n'hésitent pas à m'accompagner à chaque audience.

De nouvelles campagnes sont menées dans le but de ternir votre réputation. Comment vivez-vous cela ?

Cela m'affecte grandement. Je suis une maman avant tout. Cela a définitivement un impact sur mon fils de 17 ans. Je suis déjà dans la douleur d'avoir perdu mon mari dans des circonstances atroces, voilà maintenant qu'on m'insulte et on me traîne dans la boue.

Des traces auraient été décelées sur les pieds de votre défunt mari. La police aurait soutenu que cela a été causé par des chaussettes. Qu'en pensez-vous ?

Je suis perplexe. Je ne sais plus trop quoi penser...

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X