Afrique: EN TOILE DE FOND - Le Japon entre émancipation et volonté de consécration

27 Juillet 2021

Il est rare, ces dernières années, de voir le Japon avoir de bons rôles joués sur la scène des actualités internationales où l'image de ce pays n'a pas été reluisante et charmante. En dehors des drames nucléaires de Fukushima suite au tsunami de 2011, de l'évasion surréaliste et fantaisiste du dirigeant de Nissan Carlos Ghosn ou encore des errements de ses dirigeants, le Japon avait besoin de s'offrir une cure de jouvence pouvant lui donner une certaine régénérescence et ainsi une relance sur le plan international. D'autant plus que sur le plan sous-régional et régional, l'esprit impérialiste et expansionniste de la Chine fait de l'Asie de l'Est une zone de tension permanente et inquiétante. En plus de la menace de plus en plus présente et prégnante de la Corée du Nord avec ses envois de missiles fréquentes.

Quoi de mieux alors que d'organiser les Jeux olympiques pour présenter une nouvelle facette du Japon avec un nouveau soleil levant ? Comme nous l'avons écrit dans cette chronique, l'organisation de compétitions sportives internationales est ainsi perçue comme une consécration pour plusieurs pays qui veulent faire savoir qu'il faut désormais compter sur eux dans la marche du monde. En 2013, quand Tokyo gagnait l'organisation des Jo, face à des concurrentes sérieuses comme Istanbul et Madrid, le Japon tenait là une belle opportunité de raviver sa flamme diplomatique et ainsi tourner le revers de cette médaille des mauvaises nouvelles. Considéré comme géant économique et un nain politique, le Japon a à cœur de conquérir sa vraie place dans la géoéconomie et géopolitique mondiales et ainsi se départir de cette image. Ces Jo sont ainsi un vrai marquage à la culotte du Japon à l'endroit de son rival et premier partenaire économique qu'est la Chine. Longtemps sous le parapluie sécuritaire américain avec plusieurs accords de défense et aussi commerciaux avec les Etats-Unis, le Japon veut aussi se montrer autonome et émancipé surtout avec l'hostilité qui caractérise cette zone de l'Asie de l'Est et aussi l'adversité qui s'y déroule. Cette persistance à vouloir accueillir ces olympiades malgré la situation sanitaire mondiale marquée par la pandémie de Covid-19 montre à quel point le Japon est déterminé à rester dans la course au leadership régional et global.

COOPÉRATION ET DISSUASION. Avec sa doctrine pacifique qui a conditionné ses actions internationales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Japon a longtemps privilégié la coopération économique avec une forte implication dans l'aide internationale. L'émergence de la Chine avec ses velléités de domination en se basant sur la stratégie «des Routes de la Soie» a fait que le Japon a changé de fusil d'épaule en ne se basant plus sur l'arme de l'aide au développement. Son alliance avec les Etats-Unis est un des fondamentaux de sa politique étrangère de même que celle américaine. La parenthèse Donal Trump avec son caractère imprévisible et sa doctrine «America First» ont mis le Japon en difficulté et compliqué la gestion de son alliance. D'où l'évolution et la réorientation de sa politique étrangère avec beaucoup plus de coopération avec une diversification de ses partenaires stratégiques et surtout autant de dissuasion. Sur le plan de la coopération, le Japon suit ainsi la Chine à la trace dans plusieurs parties du monde surtout en Afrique. La Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (Ticad) est ainsi devenue un répondant et un pendant du Forum sur la coopération sino-africaine (Focac) avec presque les mêmes annonces à chacune de ces rencontres. Dans son proche et propre environnement aussi, le Japon a développé une nouvelle stratégie qui est une version actualisée de «l'Arc pour la liberté et la prospérité» développée et déroulée par Shinzo Abe en 2006-2007 et qui visait, par une démarche de contrepoids à la Chine, à renforcer les liens avec les partenaires du littoral eurasiatique partageant les mêmes valeurs et intérêts. Ce n'est pas seulement la coopération qui est mise en avant par les dirigeants nippons qui veulent aujourd'hui développer une nouvelle stratégie de dissuasion en se basant sur leurs propres systèmes de défense, passant ainsi du «pacifisme passif» au «pacifisme actif» avec le relèvement de leurs dépenses militaires. Ainsi, une nouvelle volonté de projection, d'émancipation et de consécration est en train de s'allumer au Japon à l'image de la flamme olympique... .

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X