Guinée: Kindia - Le HCDH appuie des sessions de formation de 800 militaires du «Bataillon Gangan 7» en attente sur les VBG

28 Juillet 2021

« La Paix en matière de lutte contre les violences basées sur le genre, de promotion et de protection des droits de l'homme et du droit international humanitaire » est le thème d'un atelier de formation organisé au Camp Samoreya de Kindia, du 26 au 31 juillet 2021 par le gouvernement guinéen en partenariat avec le haut commissariat des nations unies aux droits de l'homme (HCDH).

Depuis 2011, le Gouvernement Guinéen organise périodiquement, des sessions de sensibilisation en droits de l'homme, droit international humanitaire (DIH), lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) et le VIH/Sida, à l'intention de ses contingents en attente de déploiement dans des missions de maintien de la paix. Ces sessions ont eu lieu au camp Samoreya à Kindia, avec l'appui des partenaires y compris le Bureau ONU Droits de l'Homme Guinée, le Comité International de la Croix Rouge (CICR), l'ONUSIDA et le Comité National de lutte contre le Sida.

Dans le cadre de cette dynamique partenariale, le Bureau ONU Droits de l'Homme Guinée a été toujours sollicité par les autorités militaires, pour apporter son appui technique et financement aux sessions portant sur les droits de l'homme, le DIH, la lutte contre les violences basées sur le genre et la protection des civils, en particulier les femmes et les enfants. Pour l'exercice 2019, le Bureau ONU Droits de l'Homme Guinée appuie l'animation de trois sessions successives regroupant autour de 850 militaires regroupés dans le bataillon « Gangan 7 », au Camp militaire de Samoreya à Kindia.

Selon les organisateurs, l'Objectif général de ces sessions de sensibilisation est d'accroitre la sensibilité des participants aux droits de l'homme, Droit international humanitaire, le genre et les violences basées sur le genre, afin qu'ils puissent mieux en prendre compte dans l'accomplissement de leur prochaine mission.

Les objectifs spécifiques des sessions d'information et de sensibilisation sont d'Accroitre la connaissance du contingent en droits de l'homme, DIH, afin qu'ils puissent contribuer à en assurer la promotion et la protection au cours de leur mission ; Améliorer la sensibilité du bataillon aux violences basées sur le genre (VBG), le VIH/Sida, et les vulnérabilités particulières des femmes et des enfants, afin qu'ils puissent, non seulement les éviter, mais aussi, participer à une lutte plus efficacité contre les violations et les violences dans leurs localités de déploiement ; Mieux familiariser les militaires avec l'environnement de maintien de la paix, afin qu'ils puissent réussir leur mission de paix.

« Au terme des sessions d'information et de sensibilisation, les participants : - ont une connaissance plus approfondie des concepts clés liés aux VBG, au VIH/Sida, ainsi que les mécanismes de prévention et de lutte contre celles-ci dans les opérations de maintien de la paix ; - sont sensibilisés aux exigences de respect et de prise en compte des droits de l'homme, du DIH et du genre dans les opérations de maintien de la paix ;- comprennent la nécessité de la protection spéciale due aux groupes vulnérables, notamment, les femmes et les enfants dans les opérations de maintien de la paix. Le résultat ultime est que les participants prennent conscience de leur contribution et de leur éthique, particulièrement en ce qui concerne le respect des droits de l'homme, la lutte contre les VBG et le VIH, ainsi que la protection des civils, en tant que « casques bleues » dont tout écart ou manquement », sont les résultats attendus.

Dans son discours, Docteur Patrice Vahard représentant du HCDH en Guinée a fait savoir que la République de Guinée est un des Etats les plus importants au sein de la communauté internationale sur plusieurs plans, et particulièrement en ce qui concerne la paix et la sécurité.

« Depuis plusieurs années, dans le cadre des opérations onusiennes de maintien de la paix, les filles et les fils de la Guinée se déploient, dans un élan de solidarité, au secours des populations en détresse, confrontées aux affres des conflits armés. ONU Droits de l'Homme s'est assigné pour but d'accroitre la connaissance du contingent en droits de l'homme et en droits international humanitaire afin qu'ils puissent contribuer à en assurer la promotion et la protection au cours de leur mission », a indiqué le diplomate onusien.

Prenant la parole au nom du gouvernement, Docteur Zalikatou Diallo ministre de la citoyenneté et de l'unité nationale a dit que cet évènement vient à point nommé pour rappeler sur la pertinence de la dimension droit de l'Homme dans les opérations de maintien de la paix alors que la Guinée s'apprête à déployer un nouveau contingent à la MINUSMA. « Je voudrais, à cet effet, exprimer ici, par ma voix, toute la reconnaissance du gouvernement de la République de Guinée au Bureau du Haut-Commissariat des Nations unies aux Droits de l'Homme pour la tenue de cet atelier et pour tous ses efforts visant à accompagner l'Etat guinéen dans la mise en œuvre de ses obligations en matière des droits de l'Homme », a-t-elle indiqué.

La cérémonie de lancement a connu la présence du Colonel Sadiba Koulibaly, Directeur du centre d'entraînement aux opérations de maintien de la paix(CEOMP) et les autorités administratives de Kindia.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X