Sénégal: Emigration clandestine - 3615 embarcations contrôlées en 2020

Saly-Portudal (Mbour) — Trois mille six cent-quinze embarcations ont été contrôlées en 2020 par les forces de défense et de sécurité sénégalaises dans le cadre de la lutte contre l'émigration clandestine, a révélé mardi le directeur général adjoint de la Police nationale, Modou Diagne.

Ces contrôles ont eu lieu dans les eaux maritimes sénégalaises, a-t-il précisé, relevant que 2337 candidats à la migration ont été interpellés dans ces opérations.

De même que 83 organisateurs et convoyeurs ont été déférés. Dans le même temps, sans compter dix pirogues saisies par les forces de défense et de sécurité, ainsi que trois véhicules, des GPS, du carburant et des moteurs hors-bords, a-t-il signalé.

Selon lui, en 2020, une quarantaine de pirogues en provenance du Sénégal sont arrivées aux Iles Canaries avec à leur bord environ 3600 migrants.

Il assure que depuis le 2 novembre dernier, "aucune embarcation'" venant des eaux sénégalaises n'est arrivée aux Iles Canaries.

Modou Diagne a fait ces révélations en procédant au lancement des travaux d'un atelier de partage d'expériences pour le renforcement de la coopération régionale dans le domaine de la lutte contre le trafic des migrants et la traite des personnes.

Cette rencontre de deux jours a enregistré la participation de délégués venus de la Côte-d'Ivoire, de la Gambie, de la Guinée, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Sénégal.

Elle s'inscrit dans le cadre du Partenariat opérationnel conjoint (POP), qui cherche à favoriser un échange entre les pays de la sous-région confrontés à l'émigration irrégulière.

"Le POP a investi 9 millions d'euros pour accompagner le Sénégal dans la lutte contre l'émigration clandestine", ce qui s'est traduit "dans la formation des personnels en matière de police judiciaire, de lutte contre la fraude documentaire" et d'appui "en matériels logistiques notamment les véhicules, les motos mais aussi les matériels pour lutter contre la fraude documentaire", a déclaré Modou Diagne.

Il signale que le POP a aussi aidé à la construction du siège de la police de l'air et des frontières, des antennes de la division de lutte contre le trafic des migrants au Sénégal.

Dans ce cadre, quatre antennes seront construites cette année à Saly-Portudal, Ziguinchor, Kédougou et Saint-Louis.

"Et on espère qu'en 2022, comme cela a été promis, le POP va construire deux autres antennes. Donc, c'est un partenariat bénéfique pour le Sénégal puisqu'il nous permet d'être capacités à lutter efficacement contre la traite des personnes et le trafic des migrants", a-t-il relevé.

Il souligne que l'objectif de cet atelier est de faire en sorte qu'au niveau de la sous-région ouest-africaine, les pays puissent, ensemble, lutter contre l'émigration clandestine.

Son but est également de voir comment harmoniser les textes et les structures des différents pays pour lutter contre le trafic des migrants et la traite des personnes.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X