Cameroun: SAGO 2021 - Opération séduction

Les institutions présentes à la dixième édition de cet évènement multiplient les stratégies pour avoir le maximum de visiteurs et ainsi mieux faire connaitre leurs activités.

Difficile de la manquer lorsqu'on entre à l'esplanade du Palais polyvalent des Sports de Yaoundé. Accrochée en hauteur, à l'une des entrées de ce site, la grande affiche du ministère de l'Economie, de la Planification et de l'Aménagement du territoire (Minepat) est la première chose qui frappe le visiteur du Salon de l'action gouvernementale.

Pour cette dixième édition, le Minepat réalise un déploiement particulier, au regard du thème qui meuble les débats : « Du DSCE à la Stratégie nationale de développement 2020-2030 : quelles perspectives pour le Cameroun ? ». Une conférence animée par des universitaires s'est d'ailleurs tenue hier 27 juillet sur ce thème. Occasion de présenter, à travers un regard neutre, les contours et les enjeux de ce nouvel outil qui guide les politiques publiques au Cameroun.

Dans le stand du Minepat, si la Stratégie nationale de développement 2020-2030 (SND30) est en vedette, les visiteurs peuvent aussi consulter d'autres documents de planification qui touchent divers domaines : secteur rural, infrastructures, santé, etc. Des experts sont également mis à contribution pour répondre à toutes les questions. « L'objectif est de vulgariser la SND30 au maximum, parce qu'elle ne concerne pas seulement le gouvernement.

Tout le monde doit se sentir concerné », explique une responsable. Une idée partagée quelques stands plus loin, au ministère de la Jeunesse et de l'Education civique. Ici, des responsables exposent sur les différents projets dont ce ministère a la charge. Notamment la carte jeune biométrique, le Plan triennal spécial Jeunes, ou encore le Programme national de volontariat.

A côté des départements ministériels, les entreprises et établissements publics sont également au taquet. Pour ce faire, tous les moyens sont bons pour attirer le maximum de visiteurs. Cela passe, par exemple, par une décoration particulière des stands, la présence des hôtesses, ou encore de la musique pour installer une ambiance festive.

Ici aussi, plusieurs responsables multiplient les séances d'explication devant des visiteurs qui se relaient dans les stands. A ceci, certaines structures ajoutent des activités plus ciblées telles que des conférences thématiques pour un public réduit. D'autres institutions, à l'instar de la Communauté urbaine de Douala, vantent les chantiers en cours de réalisation dans la capitale économique, histoire d'attirer de potentiels investisseurs. Celle-ci est la seule collectivité territoriale décentralisée présente à ce 10e SAGO, pour l'instant.

Pour beaucoup de visiteurs tel que Pascal Bouli, « il y a tellement à voir et à découvrir qu'il faudrait plus d'une journée pour faire utilement le tour des stands. Il y a énormément d'informations qui peuvent servir ». Au troisième jour de cet évènement, les exposants, fiches de présence à l'appui, se réjouissent de ce que le public commençait déjà à affluer. Pour certains, il est question d'atteindre le minimum de 1000 visiteurs. Pour d'autres, l'objectif affiché est de 5000 personnes.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X