Cameroun: « Nous comptons gagner 20% des parts de marché »

interview

Bayard Ngoupouyou Ketcha, président directeur général d'Agrivar S.A.

Quels sont les objectifs visés à travers l'installation de cette nouvelle unité industrielle ?

Notre beau pays le Cameroun est une Afrique en miniature. Il regorge plusieurs ressources à ce jour inexploitées ou méconnues du grand public. Il en est ainsi du soja, encore moins de l'huile de soja, pas très commercialisée au Cameroun, en dépit de ses multiples valeurs nutritives. Notre objectif à travers la mise en œuvre de cette unité de production est de deux types.

Sur le plan économique, il est question de vulgariser le soja et ses dérivés. Pour ce faire, nous envisageons pour la première année d'exploitation avoir une capacité de trituration de 150 000 tonnes de graines de soja puis augmenter, à court terme, à 300 000 tonnes. Le volet social n'étant pas en reste. Il s'agira de lutter contre le chômage ambiant, accompagner des éleveurs à acquérir des intrants à moindre coût, afin de rendre le prix du poulet à la portée de tous les ménages.

En d'autres termes, ce projet permettra de promouvoir les filières telles que l'aviculture, l'agriculture et l'industrie qui sont nos voies de sorties d'accès à l'émergence et au développement comme certains pays voisins à l'instar de la Côte d'Ivoire, le Ghana, etc.

Quelles parts de marché comptez-vous conquérir grâce à votre production ?

De prime à bord, il faut faire remarquer que l'huile de soja est peu présente dans nos marchés à cause de son prix très élevé. Ce qui rend le produit pas accessible à la majorité des Camerounais et ce malgré ses multiples valeurs nutritives. Néanmoins, nous entendons avec la mise en place de notre production et grâce à l'accompagnement du gouvernement camerounais, vulgariser la consommation de l'huile de soja et rendre le tourteau de soja plus accessible aux éleveurs.

Aussi, nous allons accroître notre parc logistique et mettre l'accent sur les actions de communication afin de gagner pour la première année d'exploitation environ 20% des parts du marché de l'huile végétale raffinée au Cameroun.

Vous êtes désormais lancé dans la production des tourteaux de soja. Qu'en sera-t-il du volet importation dans lequel votre groupe (Ketcha) est également présent ?

Question très intéressante et pertinente. En toute objectivité, la mise sur pied d'une unité de production de tourteau n'empêche pas que nous continuons nos activités d'importation si besoin est. Mais tout cela sera bel et bien encadré avec le concours de notre gouvernement qui nous accompagne et avec qui nous sommes en partenariat sur ce projet. Mais pour le moment, notre matière première qui est la graine de soja sera pour l'essentiel cultivée au Cameroun.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X