Guinée Equatoriale: Biens mal acquis - La condamnation de Teodorin Obiang confirmée en France

La Cour de cassation a rejeté, ce mercredi 28 juillet 2021, le recours déposé par Téodorin Obiang. Le fils du président équato-guinéen contestait sa condamnation en France pour détournement de fonds publics dans son pays. Sa défense estimait que la justice française n'avait pas à se prononcer sur des délits commis à l'étranger, mais la Cour de cassation en a donc décidé autrement.

La plus haute juridiction française a estimé que la décision rendue par les juges était bien conforme à la loi. La justice française pouvait donc se prononcer sur ces détournements d'argent même s'ils ont eu lieu à l'étranger. Concrètement, cela signifie que la condamnation en appel de Téodorin Obiang est confirmée : il devra donc s'acquitter d'une amende de 30 millions d'euros et sera condamné à trois ans de prison avec sursis pour blanchiment d'abus de biens sociaux et de détournement d'argent public.

Par ailleurs, la Guinée équatoriale pourrait devenir le premier pays à bénéficier du nouveau mécanisme de restitution des avoirs des biens mal acquis. La semaine dernière, les députés français ont adopté ce dispositif qui permet de rendre aux populations les recettes des biens confisquées. Dans le cas de Téodorin Obiang, son patrimoine -estimé à 150 millions d'euros- va être vendu aux enchères et l'argent récolté utilisé pour des actions de développement en Guinée équatoriale.

À noter cependant qu'il existe un dernier recours possible pour Téodorin Obiang. Il peut saisir la Cour européenne des droits de l'homme.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X