Angola: João Lourenço défend un partenariat fort avec la Turquie

Ankara — Le Président de la République, João Lourenço, a déclaré ce mercredi, à Ankara, que l'Angola souhaite renforcer les relations économiques, financières et commerciales avec la Turquie, afin d'établir les bases d'une coopération stratégique.

S'exprimant lors du Forum des affaires Turquie-Angola, le Chef de l'État a déclaré qu'il entendait attirer davantage d'investisseurs dans le pays, en apportant des capitaux financiers, des technologies de pointe et des connaissances, afin d'augmenter rapidement et efficacement la production de biens et de services.

L'un des objectifs, a-t-il dit, est de réduire le taux de chômage en Angola, d'améliorer les revenus des citoyens et de diversifier la gamme des produits d'exportation.

Selon João Lourenço, il faudrait favoriser les partenariats entre hommes d'affaires et investisseurs des deux États, qui ont signé mardi dernier, à Ankara, un accord pour la promotion et la protection mutuelle des investissements, ainsi que donner plus de confiance et de sécurité juridique aux investisseurs turcs en Angola et des Angolais en Turquie.

D'après le Président, l'Angola offre des opportunités dans divers domaines, en mettant l'accent sur l'agriculture et l'élevage, l'aquaculture, la pêche, les ressources minérales, ainsi que l'industrie manufacturière.

Le pays offre également des opportunités d'investissement dans les domaines du commerce, de l'énergie et de l'eau, de la construction, des transports, des télécommunications, de l'hôtellerie et des transports.

Il a déclaré que l'Angola est particulièrement intéressé à recevoir des investissements d'entreprises turques, dans les domaines de l'industrie de production de matériaux de construction, tracteurs, outils et autres équipements agricoles, engrais et semences, assemblage de voitures et de motos, électronique et appareils ménagers, textiles, vêtements et chaussures et produits pharmaceutiques.

"Nous avons déjà quelques investissements turcs à grande échelle, quoique peu nombreux, et aussi dans l'exploration des mines de fer, la production d'acier", a fait savoir l'homme d'État angolais.

Il a ajouté que le Gouvernement angolais dispose d'un ensemble d'entreprises et d'actifs publics, en phase de privatisation totale ou partielle, y compris dans le secteur pétrolier, la banque et les assurances, les exploitations agricoles et les industries, pour les appels d'offres desquels il a invité la participation d'hommes d'affaires turcs.

João Lourenço a admis qu'outre les investissements des grandes entreprises turques, l'Angola attache une importance capitale aux petites et moyennes entreprises en Turquie, qui peuvent établir des partenariats avec des entreprises angolaises.

Dans un autre domaine, il a rappelé que l'Angola et la Turquie seront bientôt reliés par des vols directs, soutenus par un accord entre TAAG et Turquish Airlines, qui augmentera le commerce y compris le volume d'affaires et du tourisme.

Il a réitéré l'invitation aux hommes d'affaires turcs à saisir les opportunités qu'offre le pays. "Nous voulons qu'ils coopèrent au processus de transformation de l'Angola en un pays prospère et moderne, capable d'offrir à sa population les meilleures conditions de vie", a-t-il souligné.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X