Congo-Kinshasa: Loi fixant la dot à 500$ dans le milieu urbain - Les avis des célibataires kinois divergent

Le député national Daniel Mbau a déposé depuis la semaine dernière à l'Assemblée nationale une proposition de loi fixant la dot à 500$ pour les milieux urbains et 200$ pour les milieux ruraux. Dès lors, des voix s'élèvent d'un côté pour soutenir et, de l'autre, pour contester cette proposition.

A l'issue d'un reportage réalisé par le journal La Prospérité, quelques célibataires rencontrés se sont dit favorables à cette initiative de Daniel Mbau qui, selon eux, serait un grand soulagement pour les couples fiancés.

D'autres, par contre, désapprouvent.

"Je pense que le montant n'est pas un problème, il permet aux jeunes de se marier sans beaucoup de difficultés. C'est maintenant aux parents de donner leurs filles aux hommes responsables, capables de prendre en charge une épouse", a fait savoir M. Christain Ngobo.

Pour Stephani Tengani étudiant à l'UPN, "l'argent n'est pas un problème, du fait qu'il doit s'agir d'un symbole, qui va avec les coutumes africaines qui exigent par exemple la chèvre, les vêtements pour les parents et quelques symboles traditionnels. Voilà qu'enfin cette loi va aider beaucoup de jeunes à se mettre en couple un peu plus facilement.

«Je ne suis pas d'accord avec cette proposition. Parce que la dot reste une façon de valoriser la femme. Cette loi pour moi n'a pas de sens, car, elle va sans doute faciliter beaucoup d'irresponsables à se marier. Dans ce cas, nous allons vivre du jour au jour des divorces en masse», a expliqué Deborah Tumba, étudiante.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X