Congo-Kinshasa: Voté par six des huit églises significatives /CENI - Jusqu'où irait Denis Kadima Kazadi ?

En l'absence d'un consensus réclamé par les églises Catholiques et Protestants, Denis Kadima Kazadi, adoubé par six autres églises membres des confessions religieuses, a été voté.

Les PV de cette désignation faisant foi, il va de soi que sa candidature soit transmise, sans plus tarder, à l'Assemblée Nationale, pour entérinement. Mais, pendant ce temps, les deux premières églises qui, sur fond de cette dissension, avaient déjà commencé à crier à la marginalisation ainsi qu'aux pressions politiques, depuis le week-end dernier, promettent de se prononcer incessamment avec une nouvelle déclaration.

Doit-on imaginer que la désignation de Denis Kadima Kazadi, ce mardi 27 juillet 2021, sonne-t-elle le glas de l'éclatement d'une nouvelle crise interne persistante au sein des Confessions religieuses autour du processus du choix du successeur de Corneille Nangaa Nabiluo à la CENI ?

Consensus ou vote ?

Alors que deux églises catholiques et protestantes parlent encore d'un consensus à rechercher autour d'un candidat au meilleur profil pour succéder à Nangaa, les autres églises, six au total, sont passées hier au vote.

Si, pour les deux premières, le choix du nouveau Président de la CENI devait encore demeurer dans les dépendances d'autres compromis à trouver aujourd'hui ou demain, il n'en est plus le cas pour les six autres, à savoir, les églises kimbanguiste, églises de Réveil, orthodoxes, musulmans, églises indépendantes et armée du Salut qui, quant à elle, ont désigné ce mardi 27 juillet 2021, dans la soirée, M. Denis Kadima Kazadi, 59 ans, un expert en matière d'élections jouissant d'une grande réputation à l'échelle internationale à la tête de la CENI.

Autant qu'il en sera le cas pour d'autres membres du Bureau, si ce choix-là, tel qu'il a été opéré hier au siège de la CIME, est validé à l'Assemblée Nationale, conformément à la loi en vertu des Procès-Verbaux en cours de transmission, cette candidature de Denis Kadima ouvre la voie à la succession à Nangaa.

Mais, selon la procédure, il devra d'abord présenter les grandes lignes de sa vision ainsi que de ce qui pourrait être son engagement solennel au respect de la Constitution, des lois de la République et à la tenue des prochaines élections à l'Assemblée Nationale. Et puis, une fois sa candidature entérinée, c'est alors que la Chambre basse du Parlement la transmettra, à son tour, au Président de la République, pour l'Ordonnance d'investiture.

Au cas contraire, s'il n'est pas d'accord, le Président de la République, dans l'exercice de son pouvoir discrétionnaire, dispose de moyens les plus étendus pour renvoyer, en cas de nécessité, le dossier au Parlement moyennant, évidemment, quelques observations, orientations ou recommandations.

Qui est Denis Kadima Kazadi ?

Expert en élections, démocratie et bonne gouvernance, il est aussi actuel Directeur exécutif de l'institut électoral pour une démocratie durable en Afrique-EISA. Assistant technique et financière pour le référendum sur l'autodétermination que Soudan du Sud, il a aussi travaillé pour le compte de PNUD comme conseiller technique principal des élections en Tunisie.

En 2004-2006 apporta un appui technique à l'ex-CEI (commission électorale indépendante) placée, en ce moment-là, sous l'autorité de l'Abbé Muholongu Malumalu Apollinaire.

Denis Kazadi Kadima est licencié en sciences politiques et administratives issue de l'Université de Lubumbashi. Il est également détenteur d'un Master en Sciences politiques obtenu à l'Université de Witwatersrand en Afrique du Sud.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X