Maroc: Les disparités régionales ne cessent de se creuser

Trois régions ont créé 58% de la richesse nationale en 2019

En 2019, trois régions ont créé 58% de la création de la richesse nationale à prix courant, selon le Haut-commissariat au plan (HCP). Il s'agit des régions de Casablanca-Settat (31,8%), de Rabat-Salé-Kénitra (15,3%) et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (10,9%). Dans une note d'information relative aux comptes régionaux de l'année 2019, l'institution publique indique que cinq autres régions ont généré 34,7% du PIB : Marrakech Safi (8,5%), Fès-Meknès (8,4%), Souss-Massa (6,7%), Béni Mellal - Khénifra (6%) et l'Oriental (5,1%). «Les régions de Drâa-Tafilalet et les trois régions du Sud n'ont contribué qu'à hauteur de 7,1% à la création du PIB en valeur, avec 2,6% et 4,5% respectivement », souligne le HCP dans son rapport rappelant que l'économie nationale a enregistré un PIB en volume de 1137,3 milliards de DH avec une croissance économique de 2,6% par rapport à l'année 2018.

Précisons qu'aux prix courants, le PIB a marqué une valeur de 1152,8 milliards de DH avec une augmentation de 4%. Ainsi que le relève le Haut-commissariat dans sa note, les disparités en matière de création de la richesse entre les régions se sont accentuées au cours de cette année-là. En effet, « l'écart absolu moyen (la moyenne des écarts absolus entre le PIB des différentes régions et le PIB régional moyen) est passé de 62,7 milliards de DH en 2018 à 63,9 milliards en 2019 », note le HCP. Dans son rapport, le Haut-commissariat constate également que sept régions ont enregistré des taux de croissance supérieurs à la moyenne nationale (2,6%).

Selon la note publiée récemment, il s'agit des régions de Guelmim OuedNoun (7,1%), de Laâyoune-Saguia la Hamra (7%), Drâa-Tafilalet (5,8%), de Béni Mellal-Khénifra (5,6%), de l'Oriental (5,5%), de Dakhla-Oued Ed-Dahab (4%) et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (3,8%). Il est à noter que « la région de Marrakech-Safi a marqué un taux de croissance, proche de la moyenne nationale, de 2,8%. Les quatre régions restantes ont présenté des taux de croissance inférieurs à la moyenne nationale ; allant de 2,3% dans la région de Souss-Massa à 0,6% dans la région de Rabat-Salé-Kénitra », précise la même source. A souligner que la région de Casablanca-Settat dont la contribution à la croissance du PIB a été de 0,6 point a contribué à hauteur de 22,6% à la croissance nationale.

Notons en outre que « les deux régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Béni Mellal-Khénifra ont participé successivement à hauteur de 15,6% et 12,3% à la croissance du PIB en volume, soit 0,4 point et 0,3 point, comme l'indique le HCP relevant que les neuf régions restantes ont contribué pour 50% à la croissance enregistrée en 2019 soit 1,3 point. Par secteur d'activité, il ressort des comptes régionaux de 2019 que les activités primaires constituent 12,1% du PIB au niveau national en 2019 et que la contribution de ce secteur à la création de la richesse dépasse, dans la majorité des régions, cette moyenne nationale. Si les activités secondaires représentent 25,3% du PIB au niveau national en 2019, les activités tertiaires créent plus que la moitié de la richesse nationale en 2019 (51%), selon la note.

S'agissant de la contribution régionale aux activités économiques nationales, il ressort que les activités du secteur primaire restent l'apanage d'un nombre limité de régions. Selon le HCP, « les régions de Rabat-Salé-Kénitra, de Fès-Meknès, de Casablanca-Settat de Marrakech-Safi, de Souss-Massa et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont contribué pour 73% à la création de la valeur ajoutée nationale du secteur primaire en 2019 au lieu de 74,9% en 2018 ». Des chiffres publiés par l'institution, il apparaît que les activités du secteur secondaire sont concentrées dans les régions de Casablanca-Settat et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima qui ont participé pour 56,8% à la valeur ajoutée nationale du secteur en 2019 au lieu de 57% en 2018.

Dans son rapport, le Haut-commissariat impute les 59,4% de la richesse créé par les activités tertiaires à trois régions : Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima. A noter que le PIB par habitant s'élève à 32.394 DH en 2019 au niveau national et que les régions de Dakhla-Oued-Ed-Dahab (86 166 DH), de Laâyoune-Saguia Al Hamra (51.202 DH), de Casablanca-Settat (50.075 DH), de Guelmim-Oued Noun (38 858 DH), de Rabat-SaléKénitra (36.596 DH), et de TangerTétouan-Al Hoceima (33.367 DH), présentent un PIB par habitant supérieur à cette moyenne nationale.

Dans son analyse, le HCP relève que le PIB par habitant s'est situé entre 17.971 DH, dans la région de Drâa-Tafilalet et 27.197 DH dans la région de Souss-Massa, ajoutant que la dispersion du PIB par habitant est en augmentation ou encore que l'écart absolu moyen est passé de 13.106 DH en 2018 à 13.115 DH en 2019. Enfin, «les régions de Casablanca-Settat, de Rabat-Salé-Kénitra et de Fès-Meknès ont accaparé un peu plus de la moitié (51,5%) des dépenses de consommation finale des ménages (DCFM) au niveau national, avec 25%, 14,8% et 11,7%, respectivement », fait savoir le HCP notant que celles de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et de Marrakech-Safi ont détenu une part de 22,6% des DCFM, réparties respectivement à 11,4% et 11,2%.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X