Burkina Faso: Région du Centre-Nord - Le système sanitaire, l'autre victime du terrorisme

28 Juillet 2021

Selon le DR de la santé, Anicet Poda, des initiatives sont prises pour le fonctionnement des centres fermés.

Dans la région du Centre-Nord, les attaques terroristes ont provoqué un dysfonctionnement du système sanitaire, entraînant la fermeture de certains centres de santé. Cette situation a limité l'accès des populations aux services de santé, dans les localités restées enclavées et en proie aux forces terroristes.

Silmiougou, village situé sur l'axe Kaya-Barsalogho. Deux pick-up de l'armée burkinabè avec une dizaine d'éléments, kalachnikovs en main, arrêtent tous les usagers. En voiture, à motocyclette, en charrette... il faut décliner son identité pour emprunter le tronçon Silmiougou-Barsalogho, long de 45 kilomètres. Après le contrôle d'identité, nous sommes autorisés à poursuivre le trajet. Des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), armes en bandoulière, jonchés sur des motos, sont en patrouille pour riposter à toutes attaques. Le temps d'« admirer » les villages désertés de leurs habitants, le GPS nous indique : Barsalogho. A l'entrée de la ville, des dizaines de tentes estampillées «UNHCR (Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés)» sont dressés pêle-mêle.

La persistance des violences armées ciblant des malades, agents de santé, ambulances et des structures médicales ont contraint les populations à s'y réfugier. Dans le district sanitaire de Barsalogho, la détérioration de la situation sécuritaire a occasionné une limitation d'accès aux services de santé et une fermeture des centres de santé. Gagnés par la psychose, les agents de santé ont abandonné les formations sanitaires. Cela a affecté l'offre de soins, surtout dans les zones à sécurité précaire ou abritant les déplacés internes. Mardi 23 février 2021, le Poste de santé avancé (PSA) de Médecins sans frontières (MSF) est pris d'assaut par des enfants, femmes enceintes, vieillards...

Dans une gigantesque cour, qui sert désormais de « Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) d'urgence », sont aménagées des salles de consultation... pour apporter une assistance aux 143 184 âmes qui ont trouvé refuge à Barsalogho. Fataou Zagré est âgée de 18 mois. Amaigrie, accompagnée de sa mère, elle fait la fièvre depuis la veille. L'infirmier Abdoul Sawadogo ordonne qu'elle soit rapidement auscultée. Le thermomètre marque 37,8°C. Le test réalisé est négatif pour le paludisme. Dans ce «CSPS d'urgence», le paludisme grave, les samoloïdes digestives, les infections respiratoires sont fréquentes. 10h45mn. Le registre indique déjà 43 consultations d'adultes, 25 enfants (moins de 5 ans) et 14 autres (5-14 ans).

Un PSA pour 143 184 personnes

Depuis la fuite des agents de santé d'Arbinda, en 2017, le septuagénaire Adama Ouédraogo, refugié à Barsalogho, n'a plus bénéficié de soins contre sa conjonctivite bactérienne. Assis sur un banc, en attente de consultation, il craint désormais de perdre la vue. Les yeux remplis de larmes, peu audible, le vieillard lâche : «si je perds la vue, c'est à cause des terroristes. Je n'arrive plus à me soigner. Qu'une solution soit vite trouvée pour mettre fin à notre souffrance». Au 21 août 2019, le Bureau de la coordination des

A défaut de salle d'attente, ces déplacés de Linoghin sont assis sur des nattes en attente

de consultation.

affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) dénombrait 60 centres de santé fermés contre 39 en fin juillet 2019. Conséquence : 626 000 personnes étaient privées de soins. Depuis la fin du mois de mai 2020, 38 centres ne fonctionnaient qu'à minima. Dans les districts sanitaires de Barsalogho, Boulsa, Kaya et Kongoussi, des centres de santé ont été désertés par les agents.

Le district sanitaire de Barsalogho couvre 4 communes (Barsalogho, Pensa, Dablo, Namissiguima) pour une population estimée à plus de 227 000 habitants. A Pensa, les CSPS de Guimbila, Daké, Ankouna, Zindibéogo et Yalgo ne sont plus fonctionnels. Dans le district sanitaire de Kaya, les CSPS de Wountokoulga, Tibilou, Kemna (environ 50 Km de Kaya)... n'offrent plus de soins. Dans le district de Kongoussi, le CSPS de Nafo, dans la province du Bam est fermé. Dans son bulletin n°14, le cluster santé Burkina, précise qu'au 15 février 2021, au Centre-Nord, sur 189 formations sanitaires, 10 sont fermées (5,3%) et 42 fonctionnent à minima (22%). Les populations couvertes par les formations sanitaires fermées, elles, sont estimées à 119 634 personnes. « Il y a eu beaucoup d'évolutions. En 2020, dans le district de Kaya, au moins 13 CSPS étaient fermés.

A Barsalogho, le Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) a connu un temps de fermeture et tous les CSPS étaient aussi fermés. Les partenaires ont pu recruter des agents pour faire fonctionner le CMA et les CSPS des chefs-lieux des communes de Dablo, Namissiguima, Pensa... Des efforts sont faits par les partenaires, mais beaucoup restent à faire », regrette le Secrétaire général (SG) sortant du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA)-Sanmatenga, Mahamadi Sawadogo. Contraint de fuir les violences, le déplacement massif des populations a contribué à une dégradation de leurs conditions de vie (promiscuité, manque d'eau, d'hygiène... ) avec des difficultés d'accès aux soins.

17 morts...

Le Mouvement burkinabè des droits de l'homme et des peuples (MBDHP) du Centre-Nord, au premier semestre de 2020 a alerté les autorités locales de Barsalogho sur les dangers liés aux conditions de vie précaires des Personnes déplacées internes (PDI) de Foubé et de Barsalogho. « Les gens déféquaient à l'air libre. Les conditions n'étaient pas réunies pour qu'ils se retrouvent en grand nombre dans ces lieux. Nous avons attiré l'attention des autorités locales que si toutefois, il y a une épidémie, elle peut s'avérer très dangereuse pour ces personnes», rappelle le président du MBDHP-Sanmatenga, Issaka Ouédraogo. L'alerte n'a pas été entendue. «Rien n'a été fait. Cela veut dire qu'elles ne l'ont pas prise au sérieux», s'indigne-t-il.

Alors, une épidémie d'hépatite « E », une maladie dite des mains sales, due à la consommation d'eau impropre, contaminée par des matières fécales, des aliments sales, éclate à Barsalogho, au sein des déplacés internes. «Les premiers cas qui sont arrivés étaient assez graves. Nous avons déploré des décès de femmes enceintes et d'autres qui venaient d'accoucher... », confie Rachid Kanazoé, médecin généraliste de MSF, en service aux urgences médico-chirurgicales du CMA de Barsalogho. Les investigations, selon Dr Kanazoé, ont permis de découvrir que certains points d'eau étaient contaminés par le virus de l'hépatite « E ».

Des centres de santé sont vandalisés par les groupes

armés terroristes.

Entre juillet 2020 et janvier 2021, les équipes de MSF ont reçu environ 730 patients, atteints de syndrome ictérique fébrile. 4/5 d'entre eux étaient atteints d'hépatite « E », et plus de la moitié étaient des femmes. Bilan : 17 morts (un homme et 16 femmes). Nous nous lançons à la « traque » des rescapés. Au secteur 3, nous retrouvons Kayélé Ouédraogo, déplacé de Nagraogo, village situé à 15 km de Barsalogho. Attristé, son frère cadet, Kiougou (25 ans) souffrant de diarrhée, douleurs... a passé deux mois sans soins. «Lorsque l'Agent de santé à base communautaire (ASBC) a constaté son état, il nous a dit de tout faire pour l'amener à l'hôpital.

Là-bas, le médecin a trouvé que son état était très critique», relate Kayélé. Admis au CMA, le 22 janvier 2021, son état se dégrade. «L'équipe médicale, nous a demandé de rentrer avec lui à la maison», témoigne-t-il. Désespéré, Kayélé et son malade regagnent leur bicoque en terre cuite. S'il a pu gagner «sa course- poursuite» contre les terroristes, Kiougou n'a pas pu échapper à l'hépatite « E ». Le 26 janvier 2021, sur le chemin du retour, il a rendu l'âme.

Persona non grata

Si Kiougou n'a pas pu être sauvé, B. Sawadogo ne pouvait rester insensible aux souffrances des populations de Pensa, l'une des zones rouges du Centre-Nord. L'animateur de l'Association pour la solidarité des veuves et orphelins du Sanmatenga a décidé d'aller à la rescousse des populations qui risquent de mourir de paludisme, avec la fermeture des centres de santé. En juin 2019, ses activités de supervision de la campagne de distribution des Moustiquaires imprégnées à longue durée d'action (MILDA) à Zindibéogo ont failli lui coûter la vie. «A mon arrivée, j'ai constaté que l'ASBC avait fait des erreurs de saisie sur le nombre de MILDA à récupérer par ménage», explique-t-il. Après la correction, il décide de rebrousser chemin. Mais, le pneu arrière de sa moto a crevé.

Les ASBC, lui proposent de rester pour réparer son moyen de locomotion. Il oppose un niet prétextant d'aller le réparer au CSPS. A moins de 5 Km, il reçoit un appel de l'ASBC, A.K. En fuite, la voix tremblotante, il le supplie d'accélérer ses pas, car les terroristes viennent de faire irruption dans le CSPS. De 9h à 18H, A.K est injoignable. « Lorsqu'il m'a rappelé, il m'a dit qu'il a pu s'échapper. Mais au CSPS, il a retrouvé ses 5 collègues abattus », témoigne-t-il. Depuis lors, les ASBC ont pris la poudre d'escampette. Plus d'activités de santé communautaire à Barsalogho et dans les CSPS de Zindibéogo, Ankounan, Yalgo, Pensa-ville. « Nous ne pouvons plus accéder à des localités pour aider la population », regrette-t-il. Pourquoi risquez votre vie en affrontant ces multiples dangers ?

« C'est notre contribution pour sauver les populations qui souffrent de toutes sortes de maladies dans ces zones à risque. Pour 5000 FCFA par sortie, les sensibilisateurs mettent en péril leur vie. Nous voulons travailler, mais c'est très risqué », se justifie-t-il. Ce risque pour apporter assistance aux populations, le major du CSPS de Wountokoulga, Olivier Ouédraogo, l'a payé de sa vie en 2019. Son CSPS fermé, il a voulu porter secours aux enfants qui y sont restés en repartant leur donner les vaccins contre la poliomyélite. « Ses collègues l'ont dissuadé de ne pas aller. Mais, il tenait à sauver les enfants. Il a été assassiné en cours de route. Selon des témoins, les terroristes ont pris sa moto et les vaccins après l'avoir abattu», confie le SG adjoint du SYNTSHA-Sanmatenga, Nouraogo Ouédraogo. Devenus la cible des terroristes, les agents de santé sont désespérés.

« Médecin » sans qualification

Le SG adjoint du SYNTSHA-Sanmatenga, Nouraogo Ouédraogo (droite), pense que l'Etat a abandonné le système de santé au Centre-Nord.

De facto, les ASBC, des agents mobilisateurs des populations pour fréquenter les centres de santé, sont devenus des « médecins généralistes ».

« L'Etat a démissionné parce qu'il n'assure pas la sécurité des agents. Si l'infirmier, sage-femme... ne sont pas présents dans les hôpitaux, quelqu'un qui a été formé, même au rabais, qui fait un accouchement, c'est tant mieux. Même si, nous ne sommes pas d'accord », lance Nouraogo Ouédraogo. Pour lui, l'Etat a abandonné le système sanitaire dans ces zones à défis sécuritaires. Pour assurer le service et soulager les souffrances des populations, les agents avaient proposé d'amener la police dans les centres de santé lors des gardes, mais rien n'y fît, révèle-t-il.

Alors, les volontaires prennent des risques pour fournir des soins aux populations. L'ASBC, O.S. a failli passer de vie à trépas pour avoir accompli ce « devoir ». Après la fuite des agents de santé, il est devenu durant deux années, le « major » du CSPS de Daké, village situé à 15 Km de Dablo. Même s'il reconnaît ne pas avoir la qualification nécessaire, il administre des soins aux patients pour soigner leur paludisme grave, la diarrhée... et diverses pathologies dont il ignore les noms. « Ils ont tous fui en me laissant avec le CSPS et le dépôt pharmaceutique... Je recevais assez de patients. Il y a certaines maladies que je n'arrivais pas à soigner, car je les ignore. Malgré, les risques de se faire assassiner, je demandais à certains patients d'essayer d'aller à Dablo ou Barsalogho pour une meilleure prise en charge », martèle-t-il.

A Daké, il est devenu, le seul « agent de santé » sur qui les populations comptent pour ne pas succomber à leur mal. Malheureusement, Kibsa Sawadogo (36 ans) n'a pas survécu à sa crise de paludisme et de diarrhée. Très souffrant dans son village sous blocus terroriste, il n'a pas pu être évacué pour des soins appropriés. « Lorsqu'il est arrivé au CSPS, il était très souffrant. Je lui ai donné les médicaments que j'avais à ma disposition. Mais, il n'a pas survécu. J'ai perdu deux personnes dans mon CSPS par manque de soins », regrette le « major » O.S. Pour les accouchements, il est aidé par l'accoucheuse du village,

S.S. « Avec mes conseils, elle arrivait à faire

des accouchements sans difficulté », révèle-t-il.

Avec le dysfonctionnement du CSPS, plusieurs femmes ont accouché dans la rue, devant leur concession, en tentant de rejoindre l'hôpital, confie-t-il. « Lorsqu'on m'informe d'une pareille situation, avec l'accoucheuse, nous l'aidons à arriver au CSPS. Avec de l'alcool, nous désinfectons ses plaies et coupons le cordon ombilical de l'enfant », dit-il. Mais, la mission de continuation du service public de santé qu'il s'est assignée n'est pas du goût des terroristes. Seul à faire fonctionner le CSPS, il est devenu l'homme à abattre. Sa tête est mise à prix. Une chasse à l'homme s'engage contre lui. Son CSPS a été la cible d'une attaque qui a fait 8 morts parmi ses patients. De guet-apens à guet-apens, il réussit à s'enfuir pour trouver refuge à Kaya.

« Ma seule chance de survie, c'était de fuir en abandonnant mes patients à leur triste sort », raconte le veinard.

Une semaine sans soins

Dans le camp des déplacés, de Linoghin, village situé à 17 Km de Kaya, c'est le même son de cloche des déplacés venus de Dablo, Pensa,

Pissila, Silmagué... Avec une population estimée à près de 800 âmes, les deux camps de Linoghin, distants l'un de l'autre de 2 Km, sont dépourvus de centres de santé. Pas de PSA ni de CSPS. Le jeudi 25 février 2021, la clinique mobile de MSF est venue leur offrir des soins. «Notre cible, c'est les déplacés éloignés des hôpitaux. Nous avons jugé nécessaire de venir leur apporter des soins», indique l'infirmière Solange Toé.

Dans cet « hôpital à ciel ouvert », érigé avec du bois et du plastique, pas de salles d'attente, ni de lits d'hospitalisation... Certains malades sont couchés sur des nattes en attente de consultation, d'autres assis à l'ombre des arbres. Après une semaine sans soins, Mamouna Ouédraogo ne tient plus sur ses jambes. « C'est un cas compliqué », lance un agent humanitaire. Agée de 30 ans, cette mère d'un nourrisson a des vertiges. Très affaiblie, elle n'a pas pu se rendre au CSPS de Louda, situé à 8 Km de son camp pour une consultation. La salle de consultation est rapidement « libérée ». L'infirmière, Mariam Zabré, va enfin la consulter.

O.S, ASBC à Daké : « avec la fuite des agents de santé, plusieurs femmes ont accouché dans la rue en tentant de rejoindre le CSPS ».

Quant à Assèta Ouédraogo (35 ans), elle souffre d'arthrose, une maladie musculo-squelettique dont elle ignore comment elle l'a contractée. « La maladie a évolué depuis 5 jours. Si elle avait eu des soins durant ce temps, sa maladie n'aurait pas atteint ce stade », informe l'infirmier, Henri Ouelené. La rescapée des attaques d'Arbinda doit patienter encore 5 jours pour son prochain contrôle lors du passage de la clinique mobile. Malgré sa souffrance, la quinquagénaire dit croiser les doigts pourvu que le pire ne lui arrive pas. Eloigné des centres de santé, dans ces camps, les pathologies les plus fréquentes sont les infections respiratoires, les dermatoses, le paludisme grave, les bronchites graves, la malnutrition chez les enfants.

Ressortissant de Dablo, le chef des déplacés, Adama Ouédraogo, avoue qu'avant les passages des humanitaires à Linoghin, l'accès aux soins était impossible pour cette ribambelle de personnes, car, il fallait traverser un bas-fond et la Route nationale n°3 au péril de sa vie pour espérer atteindre le CSPS de Louda. « Qu'on vienne à notre secours, notre site compte beaucoup d'enfants, de vieux et surtout de femmes enceintes », supplie-t-il, car, il estime que l'Etat ne devrait pas les laisser périr par manque de soins !

« Nous consultons entre 120 et 130 patients par semaine. Nous venons les mardis et jeudis. Lorsque nous arrivons, il y a des urgences que nous devons évacuer dans nos PSA ou au CHR», regrette l'infirmière Toé. Désormais, seul centre de référence, de la région, plusieurs cas d'urgence sont référés au CHR de Kaya.

Résurgence des épidémies...

Là-bas, le constat est alarmant. Des malades sont couchés à même le sol. Les urgences traumatologiques, salles de malnutrition... sont bondées

de patients. Avec le dysfonctionnement du système sanitaire, de multiples cas de complications d'accouchement, de ruptures utérines, des mort-nés, des décès maternels... y sont légion, confirme le SG adjoint du SYNTSHA-Sanmatenga.

« Parmi, les cas qui arrivent au CHR, notamment en maternité et en chirurgie, le taux de mortalité et de morbidité est très élevé. Pour les femmes enceintes, souvent le travail commence et il n'y a pas de moyens d'évacuation.

Elles se débrouillent pour atteindre Barsalogho. Après l'évacuation au CHR, nous nous rendons compte que ce sont des cas très compliqués », regrette-t-il. Avec la concentration des populations dans les zones dites « sécurisées » et leur accès limité aux soins, M. Ouédraogo craint une résurgence des épidémies telles que le choléra, la méningite, la rougeole... L'augmentation des cas de malnutrition inquiète aussi le SYNTSHA. Le coordonnateur santé/nutrition du projet « Victoire sur la malnutrition de Save the Children », Issiaka Konaté, explique que l'aggravation des cas chez les enfants est due au déplacement des femmes qui n'ont pas accès aux centres de santé.

« La santé est un droit »

Le président du MBDHP-Sanmatenga, Issaka Ouédraogo, déplore que les populations soient laissées à leur sort. Et, ceci, est une violation des droits humains, car la santé est un droit que l'Etat doit garantir aux populations. « Malgré la situation sécuritaire, l'Etat doit faire un effort », s'indigne-t-il. Le SG adjoint du SYNTSHA-Sanmatenga ajoute : « L'Etat a abandonné le système de santé au Centre-Nord. Pour une région attaquée, nous n'avons pas de médecin-anesthésiste. Nous n'avons qu'un seul chirurgien recruté par le projet Alima. Or, tous les districts évacuent au CHR de Kaya ». « Je sens une démission de l'Etat », insiste Mahamadi Sawadogo. Des efforts sont faits selon, le médecin-chef du district sanitaire de Barsalogho, Lamine Ouédraogo.

Il réplique en disant que malgré la fermeture des centres de santé, il y a toujours l'offre de soins à différents niveaux. Car, certaines pathologies, notamment le paludisme, la malnutrition, les diarrhées infantiles... sont rapidement prises en charge par les acteurs communautaires et les cas graves sont référés aux CSPS fonctionnels. « Nous offrons le maximum de soins en termes de vaccination, d'accompagnement des femmes enceintes, de prise en charge des malades... Les ASBC participent à l'offre de soins en collaboration avec les CSPS. Mieux, on a trouvé des gens dans d'autres localités pour renforcer cet appui communautaire », rassure-t-il. La réouverture des centres de santé reste une priorité et des initiatives sont prises dans ce sens, selon le Directeur régional (DR) de la santé, Anicet Poda. En attendant, l'accessibilité aux services de santé demeure un défi pour de milliers de personnes.

Abdel Aziz NABALOUM

emirathe@yahoo.fr

Des milliers d'enfants en danger...

La situation humanitaire dans les zones en proie aux attaques terroristes est préoccupante. Malgré les efforts de l'Etat et ses partenaires, de nombreux enfants échappent aux campagnes de vaccination contre les maladies mortelles et invalidantes, à cause de l'inaccessibilité de certaines zones. Or, certains vaccins sont vitaux pour eux, dès les premières heures ou semaines de leur naissance. Si, rien n'est fait pour sauver ces milliers d'enfants, les conséquences seront dramatiques pour eux, à court, moyen et long terme... « A Pensa, Dablo... la population s'est retrouvée au chef-lieu de la commune. Depuis deux ans, les enfants ne sont pas vaccinés. Leur immunité a baissé... Les méfaits de cette situation sont une catastrophe sanitaire », s'indigne le SG sortant du SYNTSHA-Sanmatenga.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X