Congo-Brazzaville: Sommet sur l'alimentation/Covid-19 - Le financement clé de la réforme des systèmes alimentaires

Les dirigeants mondiaux, agriculteurs et acteurs du secteur privé ainsi que les membres de la société civile ont tiré la sonnette d'alarme sur le besoin urgent de financer suffisamment la réforme des systèmes alimentaires mondiaux lors de l'ouverture du sommet sur les systèmes alimentaires à Rome, en Italie.

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a déclaré devant les délégués réunis pour trois jours à Rome, en Italie, que le monde est à un « moment pivot », pour galvaniser les progrès sur les objectifs de développement durable - dont les 17 sont liés à la façon que le monde produit, transporte, vend et consomme de la nourriture. Il note que la pauvreté, les inégalités de revenus et le coût élevé des aliments continuent de maintenir une alimentation saine hors de portée de quelque 3 milliards de personnes. Le changement climatique et les conflits sont à la fois les conséquences et les moteurs de cette catastrophe. Il explique que la pandémie de Covid-19, "qui nous assaille toujours", a mis en évidence les liens entre les inégalités, la pauvreté, l'alimentation, la maladie et notre planète. "Notre guerre contre la nature comprend un système alimentaire qui génère un tiers de toutes les émissions de gaz à effet de serre. Et le même système alimentaire est responsable jusqu'à 80 % de la perte de biodiversité », a souligné le secrétaire général de l'ONU.

Le sommet a été compartimenté en cinq « pistes d'action ». Les dirigeants mondiaux ont appelé à augmenter le financement de la réforme des systèmes alimentaires. La pandémie a accéléré la vitesse à laquelle des changements doivent être apportés, alors que le nombre de famines mondiales augmente, a affirmé le Premier ministre italien, Mario Draghi.

Intitulé " l'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2021", le récent rapport de la BM a révélé que 118 millions de personnes supplémentaires ont eu faim en 2020 par rapport à 2019. En cause, la crise sanitaire qui a conduit à une crise alimentaire. "Nous avons pris des engagements pour nous assurer que les vaccins sont disponibles pour les plus pauvres du monde. Nous devons agir avec la même force et améliorer l'accès à des approvisionnements alimentaires adéquats", a réclamé Mario Draghi, plaildant pour plus de financements de la part des gouvernements et banques de développement, pour réduire les risques des investisseurs du secteur agricole et améliorer l'accès au crédit, en particulier au niveau des petits agriculteurs.

Les coûts et avantages du système alimentaire sont "totalement désynchronisés" et entraînent des coûts cachés - notamment la malnutrition, la déforestation et la pollution - d'environ 12 000 milliards de dollars par an, a-t-il indiqué. C'est plus que la valeur marchande des systèmes alimentaires, estimée à 10 000 milliards de dollars, a déploré le directeur des pratiques mondiales pour l'agriculture et l'alimentation à la BM, Matien van Nieuwkoop. "Comment pouvez-vous mettre en place des incitations claires pour des résultats plus sains pour les personnes, la planète et l'économie ? Comment utiliser le financement comme levier pour réduire les coûts négatifs et augmenter les bénéfices liés à l'agriculture et à l'alimentation ?", s'est-il interrogé.

Pour lui, réaligner les politiques publiques, rendre les investissements du secteur privé plus écologiques et accroître l'accès des consommateurs à des aliments sains sont trois moyens d'y parvenir. « Nous pensons que le monde a besoin de mesures concrètes pour uniformiser les règles du jeu pour une production alimentaire socialement, écologiquement et nutritionnellement responsable », a-t-il conclu.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X