Madagascar: Projet d'attentat - Les enquêteurs ratissent large

Le nombre de personnes ayant eu des accointances avec Paul Rafanoharana augmente. Elles seront toutes convoqués et entendues par les enquêteurs.

Selon les indiscrétions, les enquêteurs vont de découverte en découverte sur les relations que Paul Rafanoharana, un des principaux mis en cause dans cette affaire, s'est constitué. Durant les auditions, sur la base des relevées téléphoniques ou des discussions numériques on t mis en lumière le fait que le présumé cerveau de la tentative d'assassinat du Chef de l'État a ses entrées au sein de différents cercles plus ou moins influant.

S'étant un temps présenté comme le conseiller de monseigneur Odon Razanakolona, archevêque d'Antananarivo, le présumé instigateur des tentatives d'attentat aurait insisté sur ce point. Seulement, dans une déclaration, le 22 juillet, le prélat a désavoué officiellement toute collaboration avec le franco-malgache mis en cause dans cette affaire. Outre l'Église catholique, il aurait des entrées dans le cercle économique.

Ce sésame dans le monde du patronat local et international est, probablement, la raison pour laquelle il s'est adressé directement au boss de Benchmark Group, la maison mère de Madagascar Oil, pour demander les 10 millions d'euros qui auraient servi à financer ses présumés intentions délétères.

Gendre idéal

Paul Rafanoharana aurait, aussi, des accès dans le monde politique, notamment, dans les sphères proches des tenants du pouvoir, même celle autour du président de la République.

Le fait que des militaires soient happés par ce dossier indiquent que l'accusé a, également, ses entrées. Son passé d'officier de la gendarmerie française, formée à l'École spéciale militaire de SaintCyr l'y a probablement, aidé. Son présumé complice est, également, un officier supérieur retraité de l'armée française. L'enquête aurait, par ailleurs, établi le fait que le franco-malgache et son comparse auraient des affinités avec des acteurs au sein du corps diplomatique.

Le nom d'un diplomate, notamment, revient fréquemment dans les dossiers de l'enquête. Son parcours professionnel, mais aussi, son physique de gendre idéal et des discours plaisants feraient que le présumé fomentateur des tentatives d'attentat aurait une certaine aisance relationnelle. Face à la presse, mardi, le général Richard Ravalomanana, secrétaire d'État à la gendarmerie nationale, a souligné que tous ceux qui ont eu une quelconque relation avec les mis en cause ne sont pas forcément coupables de quoi que ce soit.

Le membre du gouvernement ajoute, toutefois, que «tous ceux qui sont cités dans cette affaire seront entendus». La liste des personnes à auditionner pourrait alors être longue. Étant donné le statut de certains d'entre eux, les enquêteurs pourraient être obligés d'agir avec une certaine finesse et diplomatie. Étant donné que l'enquête porte sur une tentative d'assassinat du président de la République, les enquêteurs ne peuvent rien laisser au hasard.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X