Madagascar: Projet d'attentat contre Andry Rajoelina - Audition d'un influent religieux ce jour

L'enquête risque encore de prendre du temps.

Après les militaires et d'autres civils, un religieux est aussi cité dans le cadre de l'enquête sur le projet d'attentat qui a visé des personnalités politiques.

Une semaine après l'éclatement de l'affaire de projet d'attentat qui vise le président de la République, plusieurs personnes, civils et militaires, étrangers comme ressortissants nationaux, ont été interpellés dans le cadre de cette affaire. Les projecteurs sont braqués sur le Franco-malgache Paul Maillot Rafanoharana, présumé cerveau du projet d'attentat qu'il a lui-même nommé « Apollo 21 ». Un autre Français, Philippe F., a également été interpellé à l'aéroport international d'Ivato le même jour que Rafanoharana. Après quelques jours d'enquête et de garde à vue, ce dernier semble être passé aux aveux ce week-end et a cité des noms dont un influent religieux.

15 fois. Ce dernier aurait été cité pas moins de quinze fois par le présumé cerveau. Paul Maillot Rafanoharana aurait affirmé avoir rencontré plusieurs fois cet homme d'église pendant plusieurs mois afin de discuter de son projet « Apollo 21 ». Mais, ces rencontres suffiront-elles pour lier ce dernier au projet lugubre du Franco-malgache ? D'après une source concordante, les enquêteurs vont, semble-t-il, auditionner le religieux pour recouper les propos de Paul Maillot.

L'ancien officier de la gendarmerie française aurait aussi affirmé avoir eu l'aide de plusieurs personnalités politiques et militaires dans le cadre de son projet d'attentat et de coup d'Etat. Des militaires et des gendarmes sont déjà interpellés dans le cadre de l'enquête de cette affaire qui mouille au plus haut point Paul Maillot Rafanoharana. Selon le secrétaire d'Etat chargé de la gendarmerie nationale, 11 gendarmes sont actuellement poursuivis. D'autres officiers de l'armée le sont également.

Transition. Le présumé cerveau aurait mis du temps à bien ficeler son projet, aurait-il avoué, selon une source concordante. Il s'apprêtait même à prendre le pouvoir dès l'aboutissement de « Apollo 21 » qui signifiait : l « élimination » du président de la République et un coup d'Etat. Paul Rafanoharana aurait voulu diriger le pays dans le cadre d'une « transition » et aurait déjà mené des tractations auprès des futurs membres de « son » gouvernement. Mais, la manigance a été déjouée par la Police nationale.

Silence. Cela fait déjà une semaine que cette affaire, qui fait beaucoup de bruit, a éclaté au grand jour. La procureure générale près la cour d'appel d'Antananarivo a dévoilé, le mercredi 21 juillet dernier, devant la presse le projet d'attentat qui a visé plusieurs personnalités politiques dont le président de la République.

Mais depuis, la magistrate se mure dans le silence alors que l'opinion est dans l'attente des informations officielles quant à la suite de l'affaire qu'elle a annoncée. Dans les plus grandes démocraties, une affaire de cette envergure attire l'opinion par des déclarations régulières des hauts responsables de l'enquête pour ne pas laisser du terrain aux rumeurs et aux fausses informations.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X