São Tomé and Príncipe: Principe de précaution

Les polémiques autour de la gestion, pas toujours efficace, des fonds liées à la lutte contre le Covid-19 ou la prise en charge des patients a souvent fait les choux gras de la presse ou animé les débats dans les réseaux sociaux, depuis la survenue de cette pandémie au Cameroun.

Mais surtout, depuis que d'importants fonds en provenance des ressources de l'Etat, des contributions des Camerounais et autres partenaires au développement ont été investis. Qui pour la construction des centres de prise en charge, la prise en charge des malades dans lesdits centres ou encore des dons en nature. Tout ceci n'a pas laissé le ministère en charge des Marchés publics indifférent. Au point où le patron de ce département ministériel a décidé de prendre des mesures préventives, pour assureur une gestion efficace et transparente de ces ressources financières. Du moins pour ce qui est de la passation des marchés financés par les fonds Covid-19.

Quand on sait par exemple que le gouvernement doit rendre compte de la gestion des fonds reçus du FMI, on comprend aisément les garde-fous que le ministre délégué à la présidence chargés des Marchés publics met ainsi en place. Quand on sait aussi que les Camerounais de tous bords ont contribué à l'approvisionnement du Fonds spécial covid-19, il est donc louable de les rassurer sur l'usage effectif desdites ressources, fruit d'un sacrifice collectif pour aider le pays à faire face à cette pandémie qui a non seulement perturbé la santé de milliers de Camerounais, mais mis l'économie du pays à genoux.

L'amélioration des bonnes pratiques dans le domaine des marchés publics au Cameroun, qui reste une préoccupation permanente, vient ainsi de voir un autre aspect de sa mise en œuvre expérimenté. Surtout qu'à la fin du processus ainsi enclenché par le Minmap, les informations sur les bénéficiaires effectifs tout comme les résultats d'attribution des marchés financés par les fonds Covid-19 seront publiés dans le journal des Marchés publics.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X