Congo-Kinshasa: Les mamans « malewa » à la base de l'incendie de l'amphithéâtre de l'Unikin

28 Juillet 2021

Manifestant dans la matinée du lundi 26 juillet 2021 sur le site universitaire pour protester contre le meurtre de leur condisciple Shama Kwete Honore, tombé sous les balles d'un élément de la police nationale congolaise le samedi 24 juillet dans la commune de Selembao, les étudiants de l'Université de Kinshasa ont été accusés d'avoir incendié l'amphithéâtre Léon de Saint Moulin.

Ce site qui sert non seulement de lieu de culte pour certaines églises mais aussi des grandes célébrations universitaires comme les cétémonies de collation des grades académiques. Descendu sur terrain pour évaluer les dégâts 24 heures après. Un limier du «Phare» a découvert la face cachée des événements de lundi.

Trouvés sur place, des étudiants, qui ont aussi déploré la destruction de cet édifice, ont pointé un doigt accusateur sur des mamans « malewa », ces femmes qui exploitent les restaurants de fortune. Selon ces étudiants, ces femmes sont détentrices des étalages juste derrière l'amphithéâtre. Tôt le matin du lundi 26 juillet, comme cela est de coutume, elles avaient déjà commencé leur cuisine. Ayant constaté des agitations au sein du site universitaire, elles ont voulu sauver leurs marchandises. Et comme après-vente c'est dans les installations de l'amphithéâtre qu'elles ont l'habitude de garder leurs biens, elles ont eu le même reflexe pour ne pas subir des pertes.

Dans la précipitation, elles ont oublié d'éteindre correctement le feu de leurs braséros. Et comme dans la salle servant de dépôt il y a un groupe électrogène avec carburant, l'incendie était inévitable. Si ces étudiants ont déploré cette situation, ils ont aussi établi la responsabilité des autorités de l'uUniversité de Kinshasa, spécialement le corps de garde. Selon eux, il est inadmissible pour ses autorités de transformer les locaux de l'université en dépôt des marchandises et autres biens des vendeurs.

Le site universitaire, à fortiori les locaux de l'amphithéâtre, doit garder son caractère scientifique. Maintenant que le bâtiment est détruit, ni les vendeurs, ni les personnes qui les avaient autorisés d'y mettre leurs biens ne penseront à la réhabilation. Il est important de signaler que la présence des marchés au sein du site universitaire a toujours été à la base des situations désastreuses au sein de site. Malgré les multiples déguerpissements, ces vendeurs reviennent toujours au sein du site pour y exercer leurs activités comrciales. Il est temps de taper du poing sur la table pour qu'une décision durable soit appliquée afin de préserver la sécurité des infrastructures.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X