Sénégal: Renforcement de la capacité de résilience du système sanitaire - Les bons plans du Dr Mohamed Lamine Ly

29 Juillet 2021

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, les acteurs de la santé tout comme les politiques parlent de résilience du système de santé sénégalais pour faire face à la flambée des cas de Covid-19. Un concept récurrent dans les discours en cette troisième vague. Comment y arriver et que faut-il faire ? Dr Mohamed Lamine Ly propose des pistes de solutions.

Les Sénégalais sont habitués à entendre le mot «résilience» dans le discours de nos autorités dans la gestion de la pandémie du coronavirus, sans pour autant savoir la signification. Selon le spécialiste de santé publique, Dr Mohamed Lamine Ly, la résilience est un concept nouveau, que l'épidémie de la fièvre à virus Ebola survenue en Afrique de l'Ouest (2014-2016) a contribué à davantage populariser. «Elle traduit la capacité des systèmes de santé à réagir à des chocs externes», a-t-il déclaré.

Et de poursuivre : «de fait, les systèmes de santé des 3 pays les plus atteints à l'époque, Guinée, Libéria et Sierra Leone, avaient des capacités limitées. Les dysfonctionnements touchant plusieurs fonctions du système de santé généralement considérées comme essentielles, avaient alors empêché la mise sur pied d'une riposte appropriée et rapide face à la flambée. Dans des pays comme le Nigéria et le Sénégal ayant des systèmes sanitaires un peu mieux structurés, l'épidémie avait pu être circonscrite et/ou rapidement maîtrisée».

Pour ce qui est de la présente pandémie de Covid-19, Dr Ly a révélé que certains facteurs ont fragilisé la riposte. Il s'agit, pour lui, de défaillances flagrantes dans le management des ressources humaines. «L'État a dû procéder à des enrôlements intempestifs de personnels temporaires pour combler les gaps en matière de ressources humaines. Les équipements de protection étaient insuffisants au début et ont été prioritairement affectés aux agents de santé travaillant dans les Centres de traitement des épidémies (CTE).

Ensuite, il a été déploré le retard de paiement des honoraires des agents recrutés dans les Centres de traitement des épidémies ; ce qui a contribué à les démotiver», a-t-il relevé. Contrairement aux autres crises sanitaires, qui touchaient essentiellement le continent africain, Dr Ly a estimé que cette pandémie de Covid-19 a davantage atteint les pays développés, compromettant ainsi le soutien habituel des partenaires techniques et financiers (PTF), qui renforçait, tant soit peu, la résilience des systèmes de santé africains. «Plusieurs fonctions du système de santé que l'on considère généralement comme essentielles ont connu des reculs. Il en est ainsi des ressources humaines, de l'infrastructure, la logistique, l'information sanitaire, la surveillance, la gouvernance et des systèmes d'approvisionnement en médicaments», a-t-il avancé. Et de saluer «la gratuité de la prise en charge des cas de Covid-19 par les structures sanitaires».

LES PISTES DE SOLUTIONS

Pour faire face à la pandémie du coronavirus, le spécialiste de la santé publique, Dr Mohamed Lamine Ly, est d'avis que les gouvernements nationaux doivent élaborer et mettre en œuvre des stratégies visant à rendre leurs systèmes de santé plus solides et plus résilients. «Les ressources allouées à la santé et aux autres secteurs sociaux sont apparues, durant cette pandémie, plus que jamais comme les investissements utiles et non comme des gouffres financiers, que les gouvernements ont toujours cherché à éviter», a-t-il souligné.

Dans le même ordre d'idées, il a indiqué que la lutte contre la Covid-19 a aussi mis en évidence le besoin d'une plus grande flexibilité aussi bien au plan du capital humain, avec le renforcement de compétences en prise en charge des urgences, réanimation, santé communautaire, que celui de la réallocation budgétaire. «Il faut impérativement relever de nouveaux défis : extrême contagiosité, confinement liés à la nécessité d'une nouvelle approche contre la dépendance à savoir personnes âgées, handicapées et malades mentaux». Vu les ravages causés par la Covid-19 au niveau de groupes vulnérables, sans protection sociale, travailleurs licenciés, minorités ethniques surtout émigrés, Dr Ly demande à l'Etat d'accorder la primauté à la Couverture sanitaire universelle face aux schémas de médecine individuelle et/ou privée.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X