Maroc: Le bilan particulièrement éloquent du Groupe socialiste à la Chambre des représentants

Les questions orales ou écrites ont principalement porté sur le volet socioéconomique, celui des droits humains comme sur les affaires religieuses ou administratives...

"Le Groupe socialiste a adopté durant cette législature une approche reposant sur la conciliation entre sa position en tant que membre de la majorité et le devoir d'assumer pleinement ses rôles dans le contrôle de l'action gouvernementale avec la clarté dans les prises de positions et dans la mise à nu des dysfonctionnements et des carences en vue d'y remédier ». C'est ainsi que le président du Groupe socialiste à la Chambre des représentants, Chokrane Amam, s'est exprimé lors d'un point de presse tenu hier au siège du Parlement pour présenter le bilan de son groupe parlementaire à l'issue de la clôture de la dixième législature. Statistiques et chiffres à l'appui, il a également mis en valeur « la présence distinguée et productive » du Groupe parlementaire de l'USFP tout au long de cette législature.

Sur le plan du contrôle de l'action gouvernementale, les membres du Groupe ont présenté 3.614 questions dont 1.091 orales et 2.523 écrites. Pour ce qui est de la teneur des questions orales, 41,71% ont trait aux sujets sociaux ou au volet des droits humains (soit 455 questions), 27,31% concernent le volet économique et financier (298 questions), 21,81% traitent des sujets se rapportant aux affaires internes, extérieures, religieuses, administratives ou concernant les infrastructures (238), et 9,17% sont adressées à la présidence du gouvernement (100). S'agissant des questions écrites, la majorité a trait aux sujets sociaux ou concernent le volet des droits humains (1.154 questions soit 45,73%), alors que les questions traitant des sujets intérieurs, extérieurs, religieux, administratifs ou concernant les infrastructures viennent en deuxième position (893 questions soit 35,40%), suivies par les questions traitant le volet économique et financier (434 questions soit 17,21%), tandis que les questions adressées à la présidence du gouvernement représentent seulement 1,66 %, soit 42 questions.

Mais le point le plus important attestant de la productivité du Groupe socialiste à la Chambre des représentants par rapport à d'autres groupes parlementaires réside dans le fait que le Groupe socialiste, composé de seulement 22 membres, s'est positionné en deuxième place en termes de questions orales avec 1.091 questions, soit 49,59% par membre. En ce qui concerne les questions écrites, le Groupe parlementaire de l'USFP est arrivé en tête par 2.522 questions proportionnellement à l'effectif du groupe, soit 114,63 % par membre. Par ailleurs, Chokrane Amam a vertement critiqué le principe de proportionnalité appliqué au sein de la Chambre des représentants.

En ce sens, il a donné un exemple de la mauvaise application de ce principe. «Notre Groupe socialiste a joué un rôle important dans la diplomatie parlementaire et dans la défense des intérêts nationaux (la cause nationale ou la crise diplomatique entre Rabat et Madrid... ). Mais le paradoxe est que notre groupe parlementaire ainsi que le groupe du PPS sont exclus de la commission parlementaire MarocUE, parce qu'un parti politique au sein de la Chambre s'est entêté et a tenu à l'application à la lettre des dispositions du règlement intérieur et du principe de la proportionnalité.

Cela est aberrant», a-t-il martelé. Et de proposer: «Ce principe doit être reconsidéré lors de la prochaine législature afin de garantir des conditions de travail à tous les groupes parlementaires et à toutes les sensibilités politiques au sein de la Chambre et de les doter des moyens pour qu'ils accomplissent leur mission ». « Il faut garantir à tous les groupes et à toutes les sensibilités au sein de la Chambre un seuil minimal pour qu'ils expriment leurs positions», a précisé Chokrane Amam, avant d'ajouter que le Groupe socialiste a défendu durant cette législature le droit des deux députés de la Fédération de gauche démocratique, à savoir Omar Balafrej et Mustapha Chennaoui, à prendre la parole au sein de la Chambre des représentants, alors que d'autres groupes s'y sont fortement opposés. Dans ce cadre, il a loué la politique consensuelle pratiquée par le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, et qui a permis de résoudre plusieurs problématiques.

Concernant le volet de la législation, Chokrane Amam a souligné que le Groupe socialiste a présenté 44 propositions de loi dont 19 ont été proposées avec les autres groupes de la majorité. Par ailleurs, il a souligné que le Groupe socialiste a mis l'accent dans son action sur la qualité et non pas sur la quantité, son seul objectif étant de servir la nation et l'intérêt public loin de toute logique politicienne étriquée. Chokrane Amam a également mis en avant que le Groupe a travaillé en concertation avec la direction du parti et a tenu à avoir des contacts permanents avec les instances et organes de l'USFP (aux niveaux régional, provincial, local et sectoriel).

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X