Algérie: Pegasus - De nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc

Paris — Le journal français Le Monde a apporté mercredi de nouveaux éléments techniques confirmant l'utilisation par le Maroc pour du logiciel espion Pegasus pour surveiller des journalistes et personnalités en France et ailleurs, battant ainsi une fois de plus en brèche les dénégations du Royaume.

Se basant sur une expertise effectuée par Le Security Lab d'Amnesty International, un laboratoire spécialisé dans l'analyse des logiciels d'espionnage, Le Monde a indiqué que les téléphones des journalistes et personnalités espionnés, 40 dont 15 en France, ont été effectivement infectés par le logiciel Pegasus.

Il souligne, à ce titre, que "les experts ont fait parler les archives des téléphones d'Apple. Les iPhones ont ceci de particulier qu'à chaque fois qu'un composant d'IOS, le logiciel qui les fait fonctionner, est lancé (par exemple pour prendre une photo ou envoyer un message), une trace est consignée dans la mémoire du téléphone. Les experts du Security Lab d'Amnesty ont découvert dans cet historique des traces de composants qui n'ont pas été développés par Apple, totalement étrangers à IOS".

Le Journal le Monde affirme que les traces retrouvées par Le Security Lab d'Amnesty International sur les téléphones ciblés par le Maroc sont similaires à celles découvertes par LookOut, une entreprise spécialisée dans la cybersécurité des appareils mobiles.

"Elle y avait alors découvert les mêmes noms de composants aujourd'hui exhumés par Amnesty International. La preuve qu'il s'agit d'un seul et même logiciel espion : Pegasus".

Lire aussi: Affaire Pegasus: l'Europe et la France "récoltent les fruits de leur soutien zélé au Maro

En outre, le journal français note que "les experts du Security Lab d'Amnesty International ont aussi, dans certains cas, réussi à isoler des adresses Internet utilisées par Pegasus pour communiquer avec l'extérieur: toutes ces adresses, récupérées par les experts ces trois dernières années présentent d'importantes similitudes, preuves de l'activité d'un seul et même logiciel espion".

"Ils ont aussi découvert une des portes d'entrée utilisée par Pegasus pour entrer dans les téléphones : une faille logicielle dans le système iMessage. Pour l'exploiter, l'infrastructure technique du client de NSO Group - l'entreprise à l'origine du logiciel espion Pegasus - " contacte " l'appareil ciblé comme s'il voulait lui envoyer un iMessage. On trouve donc sur les appareils infectés la trace de ce contact ainsi que le compte Apple - une adresse e-mail - utilisé pour ce faire par le client de Pegasus", a souligné Le Monde.

Des codes et des comptes incontestables

Citant certains victimes de l'espionnage marocain durant l'année 2019 à l'aide du logiciel Pagasus , le Monde a souligné que "le compte iCloud bergers.o79[@]gmail.com a ainsi été retrouvé sur les téléphones: d'Omar Radi, journaliste critique d'El Makhzen , de Joseph Breham, un avocat ayant travaillé sur le Sahara Occidental et Lenaïg Bredoux, journaliste à Médiapart auteur de plusieurs enquêtes sur les services de renseignements marocains".

Concernant le gouvernement français, Le journal Le Monde précise qu"'il a pu faire analyser par Amnesty International le téléphone de l'ancien ministre de l'écologie, François de Rugy, ciblé au même moment que le reste de ses collègues d'alors : c'est le compte « bergers.o79 » qui apparaît.

S'agissant du président Emmanuel Macron, le Monde fait observer qu "une analyse n'a pas été possible. Mais le téléphone de l'ex-parlementaire Leïla Aïchi, sélectionnée comme une cible potentielle très peu de temps avant Emmanuel Macron, présente aussi des traces de « bergers.o79 ».

Il relève que "pour les activités plus récentes de Pegasus en France, le compte " bergers.o79 " disparaît totalement, remplacé par un autre, probablement car le logiciel espion a fait évoluer sa technique et utilise alors une autre faille de iMessage, à savoir linakeller2203[@]gmail.com retrouvé en juillet sur les téléphones de beaucoup de personnalités et journalistes".

Il s'agit, entre autres, fait savoir le Monde "de Claude Mangin, épouse d'un militant sahraoui emprisonné au Maroc depuis plus de dix ans , Philippe Bouyssou, le maire (PCF) d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), soutien de Claude Mangin et dont le conseil municipal a voté un projet de subvention au bénéfice d'enfants au Sahara occidental, Oubi Bouchraya Bachir, représentant en Europe du front Polisario, le mouvement militant pour l'indépendance du Sahara occidental".

Du reste, les plus de 50.000 numéros de téléphones sélectionnés par des clients de Pegasus en vue d'un éventuel piratage sont parvenus à l'organisation Forbidden Stories et Amnesty International sous la forme de « clusters » : un par client du logiciel espion.

Selon Le Monde "les numéros correspondant aux téléphones ciblés en France figurent parmi une liste de cibles potentielles coïncidant avec les priorités géostratégiques du Maroc (société civile marocaine, responsables algériens et sahraouis).

"Plusieurs services de l'Etat en France ont acquis la conviction que le Maroc était bel et bien client de Pegasus", a-t-il conclu.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X