Ile Maurice: Pétition électorale au n°8 - «L'ingérence» de Rudy Veeramundur à la MBC dénoncée au Premier ministre

Hier, deux conseillers du gouverment ont été entendus dans le cadre de la pétition électorale de Surendra Dayal. Il était surtout question de «l'ingérence» du directeur du Government Information Service dans le fonctionnement de la MBC.

Rudy Veeramundur, directeur du Government Information Service (GIS), a avoué en Cour hier que 28 journalistes de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) ont dénoncé son «ingérence» dans la salle de rédaction de la station nationale. Il répondait aux questions de Me Robin Ramburn, Senior Counsel, qui représente le pétitionnaire Surendra Dayal. Ce dernier, rappelons-le, réclame l'invalidation de l'élection de Pravind Jugnauth, Leela Devi Dookun-Lutchoomun et de Yogida Sawmynaden dans la circonscription de Quartier Militaire-Moka (n° 8).

L'audition des témoins a pris fin hier. Rudy Veeramundur et Ken Arian, l'autre conseiller de Pravind Jugnauth, ont été les derniers témoins à déposer dans le cadre de cette pétition électorale devant les juges David Chan et Karuna Devi Gunesh-Balaghee. Les avocats de toutes les parties concernées ont été invités par les juges à déposer leur written submissions, soit leurs plaidoiries en écrit, le 24 août alors que leurs oral submissions, soit leurs plaidoiries, seront entendues devant la Cour le 31 août.

Soumis à un feu roulant de questions et, plus, précisément, quant à son rôle en tant que directeur siégeant sur le conseil d'administration de la MBC, Rudy Veeramundur a été contraint de concéder qu'il s'était mêlé aux affaires de la salle de rédaction de la corporation nationale après que Me Ramburn l'a confronté à une lettre envoyée par 28 journalistes de la corporation au Premier ministre en 2017 et dans laquelle, ils se plaignaient de «l'ingérence de Rudy Veeramundur dans la salle de rédaction, dans les affaires de la corporation, ainsi que dans les préparatifs des journaux télévisés de 19 h 30». Rudy Veeramundur l'a concédé. «C'est normal, j'étais à l'époque le Communication Advisor du Premier ministre et membre du board de la MBC», a-t-il soutenu.

Ternir sa réputation

Rudy Veeramundur a accepté avoir fait l'objet d'une question parlementaire de la part du député Rajesh Bhagwan, qui a fait état de son «ingérence quotidienne» dans le journal télévisé pendant la campagne électorale. Il a répondu que ce ne sont que des allégations faites contre lui par le député de l'opposition. «C'est absolument faux», a-t-il rétorqué.

Pour lui, le député Bhagwan voulait tenter de le déstabiliser et de ternir sa réputation. Rudy Veeramundur a indiqué être au courant que l'Electoral Supervisory Commission (ESC) avait rabroué la direction de la MBC par rapport à une plainte logée par le leader de l'Alliance Nationale, le Dr Navin Ramgoolam, pendant la campagne électorale de novembre 2019.

Me Ramburn lui a alors fait remarquer que la MBC a passé des images des coffres-forts saisis dans la résidence du Dr Ramgoolam et des commentaires faits par un «unindentified reporter» pendant la campagne électorale. Me Ramburn l'a ainsi interrogé : «Avez-vous pris des mesures contre les journalistes qui ont fait cela ?» Ce à quoi l'actuel directeur du GIS a répliqué : «Je suis membre du board de la MBC.» À une autre question de Me Ramburn, le témoin a précisé qu'il est souvent en interaction avec les journalistes de la salle de rédaction de la MBC étant donné qu'il est membre du conseil d'administration.

Me Ramburn a souligné qu'il n'est pas apte à siéger sur le board de la MBC car il ne remplit pas les critères de la MBC Act. Ce qu'a démenti Rudy Veeramundur. Concernant Salim Muthy, il a dit l'avoir rencontré parce qu'il voulait évoquer le remboursement des victimes de la Super Cash Back Gold (SCBG) et le cas des Bramer Assets Investors. «Je n'ai jamais demandé aux journalistes de la MBC de couvrir la conférence de presse de Salim Muthy.»

Appelé dans le box des témoins, Ken Arian, conseiller du Premier ministre, a relaté dans quelles circonstances il a rencontré Salim Muthy, le 30 octobre 2019. Il a déclaré que celui-ci n'a pas pris rendez-vous avec lui. Alors que Muthy se trouvait dans la salle d'attente, il a téléphoné à sa secrétaire pour demander à le voir.

«Il est venu me voir à mon bureau pour parler de la SCBG. Le conseiller Raj Meetarbhan était présent. Salim Muthy a parlé de la BAI. Je lui ai dit qu'il fallait que je soulève la question avec le secrétaire financier Dev Manraj. Je me suis alors dirigé vers le bureau du secrétaire financier mais ce dernier n'y était pas. Je me suis rendu dans la salle de conférence pour rencontrer Dev Manraj. J'ignorais que Salim Muthy me suivait», a-t-il raconté. «C'est la seule fois où je l'ai rencontré», a-t-il précisé.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X