Ile Maurice: Cour suprême - Bashir Khodabux obtient Rs 450 000 de la NHDC

Après cinq ans d'attente, la National Housing Development Company (NHDC) a accepté de verser la somme de Rs 450 000 à son ancien directeur général, Bashir Khodabux. Cet ex-ministre contestait le fait qu'après avoir démissionné comme directeur général de la NHDC en 2014, la direction de cette compagnie ait refusé de lui offrir sa voiture de fonction alors que son contrat stipulait qu'il y avait droit.

Un accord est intervenu entre les deux parties, le lundi 26 juillet, et ce, devant les juges Benjamin Marie Joseph et Renuka Devi Dabee. L'affaire a été retirée devant la Cour suprême. Bashir Khodabux a été nommé directeur général de la NHDC le 18 juillet 2011 pour une période de trois ans. Son salaire était de Rs 133 000 mensuellement. Après une année de service satisfaisante, il a eu droit à une gratification de 25 % sur son salaire. Selon son contrat, il était annuellement éligible à deux billets d'avion aller-retour Maurice-Londres-Maurice. À la fin de son contrat, il était dit qu'il pouvait se prévaloir du droit d'acheter sa voiture de fonction. Son contrat a été renouvelé le 11 juillet 2014 pour trois années supplémentaires. Avec l'arrivée au pouvoir d'un nouveau gouvernement en 2014, Bashir Khodabux a volontairement démissionné de son poste. La direction de la NHDC a fait la sourde d'oreille par rapport à sa voiture de fonction à laquelle il avait droit.

Dans une lettre en date du 8 juillet 2015, son successeur, Gilles L'Entêté, l'a informé qu'il n'a pas droit à la voiture de fonction de la NHDC. Sa demande a donc été rejetée. Bashir Khodabux a écrit à la direction de la NHDC avec copie au Premier ministre et au ministre du Logement et des Terres pour réclamer son dû et obtenir sa voiture de fonction. Ni le ministre du Logement ni la direction de la NHDC ne lui ont répondu. Mais le bureau du Premier ministre l'a informé que cette affaire a été référée pour considération au ministère du Logement et des Terres. Le 10 juillet 2015, il a fait servir une mise en demeure à la direction de la NHDC. Cet organisme a ignoré ce document légal et Bashir Khodabux l'a poursuivie devant la Cour intermédiaire, lui réclamant des dommages de Rs 500 000.

La magistrate Senevrayar Cunden a rejeté sa plainte le 11 septembre 2020. Il ne s'est pas avoué vaincu pour autant et a fait appel de ce jugement devant la Cour suprême. Et lundi, l'affaire a connu un heureux dénouement. La direction de la NHDC a accepté d'offrir à Bashir Khodabux la somme de Rs 450 00 qu'il a acceptée. Il était représenté par Me Zaredhin Jaunbaccus, avocat, et Me Cader Khodabocus, avoué.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X