Maroc: Pegasus - Le Monde fustige le silence de la France face à l'implication du Maroc

Paris — Le quotidien Le Monde a vivement fustigé, jeudi, le silence et l'absence d'une réaction de la part des autorités françaises à l'encontre du Maroc qui a mis sous surveillance des personnalités politiques et journalistes français, s'interrogeant sur les véritables raisons derrière cette attitude.

Le journal Le Monde fait partie des dix sept médias qui avec le consortium Forbidden Stories ont révélé récemment au grand jour le projet Pegasus qui a été utilisé pour mettre sous écoute des milliers de personnalités politiques et journalistes à travers le monde.

"Si les faits sont avérés, ils sont tre?s graves, répète -t-on inlassablement a l'Elysée", rapporte le journal, soulignant à ce sujet qu'en coulisses, l'affaire est prise au sérieux, "au point de contraindre l'exécutif à revoir certaines de ses méthodes de travail".

" Emmanuel Macron a ainsi changé de téléphone portable et des téléphones sécurisés Android ont été distribués ces derniers jours à la plupart des membres du gouvernement pour remplacer leurs appareils professionnels", relève le Monde.

Le media français note que le silence des autorités françaises est édifiant notamment à l'endroit du Maroc. "Si l'entretien téléphonique d'Emmanuel Macron avec le premier ministre de l'entité sioniste, Naftali Bennett, a été confirmé de source officielle, l'Elysée se refuse à tout commentaire en ce qui concerne un échange avec les autorités marocaines", indique-t-il.

Selon le Monde, les arguments de certains cercles qui mettent en avant la prudence en minimisant les faits ne tiennent pas la route.

Regrettant l'absence d'informations sur le fait que si les téléphones du président et des ministres ont été effectivement infectés, le journal a indiqué que l'Agence nationale de la sécurité et des systems d'information et la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour qui les portables ont été confiés, a mis d'ores et déjà beaucoup de temps.

" Le temps d'extraction et d'analyse des données d'un téléphone n'excede pas en théorie quelques heures, tout au plus", a-t-il noté.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X