Sahara Occidental: Affaire Brahim Ghali - La justice espagnole prononce un non lieu, nouveau revers pour le Makhzen marocain

Madrid — Le Tribunal central d'instruction en Espagne a annoncé jeudi le classement de l'affaire de la plainte portée en 2008 par une association affiliée au Makhzen contre le président sahraoui Brahim Ghali, invoquant des contradictions entre les charges contenues dans la plainte et les dépositions des témoins.

L'audition des témoins suffit pour apprécier les contradictions dénoncées par la défense de M. Brahim Ghali, selon la sentence consultée par l'APS.

La décision du Tribunal espagnol constitue un nouveau camouflet pour le Maroc qui a mobilisé son appareil diplomatique et ses médias pour discréditer le président sahraoui.

Elle intervient deux mois après celle de la Haute Cour d'Espagne qui a jugé qu'il n'y avait pas lieu de prononcer la détention provisoire, ni tout autre type de mesures préventives contre le président sahraoui Brahim Ghali, hospitalisé, alors, en Espagne.

Motivant sa décision, la Haute Cour avait expliqué que le rapport des accusations ne contenait pas des preuves corroborantes des témoins et donc ne constituent (les accusations) pas une preuve suffisante pour tenir M. Ghali responsable d'un quelconque délit.

Subséquemment, il n'y a pas lieux non plus, précise la Cour, de prendre des mesures préventives personnelles sur la base de rapports faisant état de l'entrée illicite de Brahim Ghali en Espagne.

Brahim Ghali qui a été Hospitalisé en avril dernier à Logroo pour des complications liées au Covid-19, avait décidé de coopérer avec la justice espagnole en répondant volontairement aux questions d'un juge après des plaintes portées contre lui sur instigation des autorités d'occupation marocaine.

Le fait que président Ghali ait décidé de coopérer avec la justice espagnol "témoigne de la volonté du peuple sahraoui et de ses dirigeants de privilégier la vérité en défendant les principes de justice", avait indiqué la présidence sahraouie dans un communiqué.

C'est surtout " une décision qui confirme la nature politique de cette affaire fabriquée de toute pièce et qui n'avait pour objectif que d'entacher l'image et la lutte du peuple sahraoui", a-t-il dit.

Le représentant sahraoui s'est réjouit de " la nouvelle victoire du peuple sahraoui qui continue de croire en la justice et le droit, étant le pilier principale de la lutte de libération des sahraouis".

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X