Afrique Centrale: CEEAC - Les Etats membres appelés à la sécurité de l'espace communautaire

Afin de préparer et de mettre au point les questions qui seront débattues lors de la 19e session ordinaire de la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), les ministres des pays membres de l'organisation sous-régionale se sont réunis le 29 juillet par visioconférence.

Conduite par le ministre des Afaires étrangères, de la Francophonie et des Congolais de l'étranger, Jean-Claude Gakosso, notamment en sa qualité de président en exercice du conseil des ministres de la CEEAC, cette réunion a permis aux experts des pays membres de l'institution d'examiner plusieurs questions, notamment la présentation du rapport du comité inter-Etat des experts, ceux du Comité des représentants permanents et du président de la commission de la CEEAC, l'examen des projets inscrits à l'ordre de la 19e conférence des chefs d'Etat et celui du communiqué final de ladite conférence.

« Notre conseil des ministres est organisé en prélude à la 19e session ordinaire de la conférence des chefs d'Etat et de Gouvernement. Il est le deuxième du genre depuis l'entrée en vigueur du traité révisé de la communauté en août 2020. Il intervient huit mois après depuis la prise de fonction de l'équipe de la commission que j'ai l'honneur de diriger aujourd'hui », a déclaré le représentant de la commission de la CEEAC, Gilberto Da Piedade Verissimo avant de préciser que leur session traitera toutes les questions sensibles au développement de l'espace communautaire, surtout celles qui sont liées à la sécurité et à la politique des Etats.

Etayant quelques axes importants capables de booster les Etats à la prise des décisions fortes pour l'évolution de la sous-région, Jean-Claude Gakosso a précisé que l'entrée en fonction de la nouvelle équipe de la commission de la CEEAC témoigne à juste titre le souci d'encourager les Etats à l'efficacité et de présenter la nécessité de mettre en place un cadre important de travail.

« Nous n'avons pas un autre choix. Le seul choix actuel est d'avancer et d'aller vers l'intégration. Car le continent a pris déjà corps de la Zlecaf qui constitue un instrument salutaire important pour les échanges économiques et commerciaux intra-africains », a signifié le président du conseil des ministres avant de conclure que la situation politique et sécuritaire en Afrique centrale et la prise des décisions nécessaires pour la poursuite du processus d'intégration régionale sont les points culminants et essentiels que vont échanger les chefs d'Etat à la 19e conférence. Car, au cours de la période sous examen, l'Afrique centrale a connu une situation politique et sécuritaire assez contrastée. Alors que notre région peut se targuer de quelques avancées politiques heureuses. Parmi lesquelles, la tenue des élections présidentielles en République démocratique du Congo, au Tchad, en République centrafricaine, au Congo et en République de Sao Tomé-et-Principe.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X