Algérie: Traite d'êtres humains - Le CNDH souligne l'importance de la sensibilisation

Alger — Le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) a appelé jeudi dans un communiqué à l'implication de la société civile, la presse et les militants des droits de l'Homme dans la sensibilisation quant à la dangerosité du crime de la traite des personnes, qui connait une recrudescence du fait de la pandémie Covid-19.

A la veille de la célébration de la Journée mondiale de la lutte contre la traite d'êtres humains (30 juillet de chaque année) placée sous le thème "Les voix des victimes mènent la voie", le CNDH, qui tend à la prise de conscience quant à ce crime féroce, appelle à l'implication de la société civile, la presse et les militants des droits de l'Homme dans la sensibilisation".

Le Conseil a également mis en avant son rôle dans la formation et la consolidation des compétences de la Police judiciaire en matière de mesures régissant la lutte contre la traite des personnes, invitant les concernés à doubler de vigilance et de prudence dans leur action, note la même source.

Le phénomène de la traite s'est aggravé en raison de la pandémie qui a noyé de grandes catégories dans la pauvreté accrue, faisant d'elles "des proies faciles pour les trafiquants qui tirent profit de la misère des gens pauvres et vulnérables pour les impliquer dans le réseau de la traite, moyennant la fausse publicité, la ruse, la fraude ou encore la violence".

Afin de lutter contre ce fléau, l'Algérie a mis en place "un arsenal juridique ( ), d'abord en modifiant le code pénal qui qualifie la traite des personnes comme crime à part entière, puis en ratifiant la convention des Nations-Unies sur la criminalité transnationale organisée et son protocole additionnel, dit de Palerme, sur la traite des personnes".

L'Algérie a également procédé, poursuit le CNDH, à la création d'une Commission nationale au niveau du Premier ministre, en charge de la prévention et de la lutte contre la traite d'être humains, à travers la mise en place des politiques et la mobilisation des moyens indispensables à la lutte contre ce phénomène.

Pour le CNDH, la traite d'être humains est "un crime grave", car il " transforme l'Homme en une marchandise par des bandes ou des individus, d'autant que les femmes, les enfants et les hommes sont exploités dans la prostitution, le travail forcé, la mendicité, le mariage forcé, le trafic d'organes et dans les réseaux du crime".

A l'occasion, le CNDH a rappelé le rapport annuel (2020) de l'Organisation des nations unies (ONU) concernant les drogues et le crime, un rapport qui démontre que 30% des victimes sont exploitées dans la prostitution, 30% dans le travail forcé, 29% dans la mendicité et 01% dans le trafic d'organes.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X