Burkina Faso: FESPACO 2021 - Point des préparatifs avec le délégué général

Dans moins de trois mois, se tiendra la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) sur le thème « Cinéma d'Afrique et de la diaspora, nouveaux regards, nouveaux défis ». Du côté de l'avenue Kadiogo, les petits plats sont en train d'être mis dans les grands pour que l'événement soit une vraie réussite. Le jeudi 29 juillet 2021 au siège de l'institution, le délégué général, Moussa Alex Sawadogo, assisté de ses collaborateurs, a donné à la presse un aperçu des préparatifs.

La 27e édition du FESPACO, qui devait se tenir en février passé mais a été suspendue à cause du coronavirus, a été reprogrammée par le Conseil des ministres du 7 avril dernier, du 16 au 23 octobre 2021. Cette décision, selon le porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, se justifiait en son temps par les données « satisfaisantes » sur la maladie. L'assurance avait aussi été donnée que ce rendez-vous aurait lieu dans le respect des mesures-barrières. « Le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme travaillera en étroite collaboration avec celui de la Santé pour une prise en charge des invités de l'étranger et des festivaliers venant de l'intérieur du pays », avait en outre déclaré la ministre de tutelle, Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano. Toujours selon elle, pandémie oblige, seulement 150 invités ont été retenus contre 700 à l'édition antérieure qui célébrait le centenaire du festival.

Malgré la maladie, toutes les activités entrant dans le cadre de la biennale, à savoir les cérémonies officielles d'ouverture et de clôture (prévues pour se tenir au palais des Sports de Ouaga 2000 au lieu du stade du 4-Août comme à l'accoutumée), les rencontres entre partenaires, les rues marchandes, le marché international du cinéma et de l'audiovisuel (MICA), le mini FESPACO à Bobo-Dioulasso... sont maintenues.

Cette année, un budget estimé à un peu plus de 2 milliards de F CFA est nécessaire pour l'organisation de la manifestation. Ce budget est financé par l'Etat burkinabè et ses partenaires traditionnels que sont l'Union européenne, la CEDEAO, l'UEMOA, la Chine, la France et la Belgique.

Le festival, pour sa 27e cuvée, connaîtra des innovations majeures telles que la création de nouvelles sections et la délocalisation du MICA au siège du FESPACO, où se tiendront les différents ateliers.

A quelques mois de la tenue de la fête du 7e art africain, les préparatifs, de l'avis de Moussa Alex Sawadogo, délégué général du FESPACO, vont bon train. Aux professionnels des médias il a fait un compte rendu de la sortie d'une délégation burkinabè conduite par le ministre de la Culture à Dakar au Sénégal, pays invité d'honneur, et au Festival de Cannes en France. Au Sénégal, a en croire M. Sawadogo, l'assurance a été donnée par les autorités au plus haut niveau, pour un soutien sans faille à l'événement. Un appui substantiel est donc attendu du Pays de la Teranga, et la culture sénégalaise sera bien au rendez-vous avec une participation remarquable d'artistes de grand talent.

A Cannes, a poursuivi le délégué général, des entrevues ont eu lieu avec des partenaires habituellement rencontrés à Bruxelles et à Paris à l'occasion des conférences internationales précédant généralement chaque édition du FESPACO, et là aussi des acquis ont été engrangés.

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'à ce jour l'essentiel est fait à plus de 60%. Le comité de sélection travaille toujours inlassablement à proposer une programmation qui réponde au maximum à l'idéal de perfection. Une fenêtre a été ouverte aux journalistes sur les différents prix des palmarès des films en compétition, avec quelques petits réaménagements. Plus de 100 millions de F CFA seront distribués aux heureux lauréats dans les différentes catégories dont l'identité des présidents de jurys, des sommités du monde du cinéma et de l'audiovisuel, ont également été dévoilés aux hommes de médias.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X