Togo: Une femme veut en finir avec l'obésité

29 Juillet 2021

De nombreuses femmes souffrent de l'obésité au Togo. Mercy Tchawalla, jadis en surpoids, a redonné goût à la vie à ces personnes obèses. Et cela marche.

Source de maladies chroniques, l'obésité est aujourd'hui mal vécue par les femmes, la plupart se retrouvant désorientées, avec une faible estime de soi. Ces femmes, Mercy Tchawalla a décidé de les accompagner à travers le sport et l'alimentation. Un défi que cette coach sportive togolaise mène depuis dix ans déjà. Chaque matin Mercy Tchawalla ne déroge pas à son rituel : préparer sa boisson énergisante pour affronter sa journée.

Maman de deux enfants, cette coach sportive et de bien-être s'est lancée depuis dix ans comme pari d'accompagner les femmes en surpoids. Une expérience qu'elle-même a vécue et qui l'a plongée une année durant dans une profonde dépression." Le surpoids avait démarré dès le jeune âge et une fois devenu mère cela s'est dégradé. Je me suis retrouvée avec un poids de 110 kilos. Je ne m'aimais plus et je ne pouvais plus m'afficher en public. C'est difficile à dire mais j'ai fait une grande dépression " raconte Mercy Tchawalla qui poursuit "jusqu'au jour où le déclic est arrivé. J'ai commencé à lire beaucoup de magazines de santé. Comment équilibrer son alimentation et se mettre au sport. J'ai alors pris quatre coachs pour moi seule et au bout de six mois je suis passée de 110 à 57 kilos."

"J'étais marginalisée à l'école "

De la zumba, une alimentation réglementée, le tout accompagné d'une bonne dose de détermination pour éliminer des kilos en trop. Sans oublier des séances de coaching en développement personnel : voilà ce qu'elle propose dans son centre de fitness dédié aux femmes.

Lire aussi : Lomé : redonner de l'espoir à une enfance perdue

Ici, rigueur et assiduité sont de mise et elles sont nombreuses à prendre part aux séances pour lutter contre ce mal commun qu'est l'obésité. Un mal qui constitue non seulement un facteur de risque bien connu pour divers problèmes de santé chroniques mais qui conduit aussi à la perte de l'estime de soi.

Une situation que Clarisse Atchinou a longtemps subie et qui l'a décidée à s'inscrire au programme minceur de Mercy.

"J'étais marginalisée à l'école par les professeurs, les camarades. A la maison, en famille, c'étaient des moqueries à plein temps. L'obésité avait affecté la relation que j'entretiens avec ma mère. Tout cela a fait que j'ai perdu confiance en moi et je me suis renfermée sur moi-même. J'ai alors pris la résolution de combattre ce mal qui me détruisait à petit feu. Ce programme, je l'ai débuté avec un poids de 115 kilos. A présent je suis à 85 kilos. A part l'alimentation et le sport, j'ai appris à me mettre en valeur, à me maquiller, j'ai repris goût à la vie " explique la jeune femme.

Lire aussi : Togo : un jeune qui crève l'écran

Plus épanouie et plus optimiste

A plus de 150 kilos, Gertrude a pour sa part dû arrêter toutes ses activités. Après huit mois de suivi, c'est une femme plus épanouie et plus optimiste qui a émergé.

"Ce programme a changé ma vie, j'ai appris de nouvelles habitudes alimentaires. Grâce aux conseils du coach, je suis parvenue à réaliser mon rêve de perdre du poids. Je me sens plus jeune qu'avant ", avoue Gertrude.

Lire aussi : Un personal shopper à Lomé

Souplesse et agilité, c'est ce que tire également Zoubérou Akou comme bénéfice de ce programme. "J'avais 127 kilos maintenant je suis à 95 kilos. Ce programme a changé ma vie, je suis plus souple. Mentalement et physiquement je suis plus à même de réaliser mes projets. Précisément celui d'ouvrir un grand restaurant pour former les jeunes", fait savoir Zoubérou.

Grâce aux séances de coaching, ces femmes ont réussi à reprendre confiance en elles. Mais le plus dur pour elles reste à maintenir le cap, c'est-à-dire ne plus prendre du poids.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X