Afrique de l'Ouest: La Côte d'Ivoire avance ses pions sur la réforme du franc CFA

L'Assemblée nationale ivoirienne a adopté cette semaine l'accord de coopération avec la France pour la mise en œuvre de l'eco, la future monnaie ouest-africaine. Mais les dispositions de cette monnaie censée remplacer le franc CFA continuent de faire débat. Notamment sur sa parité fixe avec l'euro garantie par la France.

102 votes pour, 12 contre, et 48 abstentions : c'est à l'écrasante majorité des députés présents, que la Côte d'Ivoire a lancé la réforme du franc CFA, devançant les autres États de l'Union monétaire ouest-africaine.

L'accord avait été signé fin décembre 2019 à Abidjan, lors d'une visite du président français Emmanuel Macron, et le projet de loi a été entériné en Conseil des ministres en France le 20 mai 2020. Mais les débats subsistent en Côte d'Ivoire sur les modalités de sa mise en œuvre.

Pour le député RHDP Famoussa Coulibaly qui dirige la Commission chargée d'examiner le projet de loi ratifiant l'accord de coopération avec la France, la réforme marquera la fin de la présence française dans les instances de gouvernance monétaires ouest-africaines. Selon l'élu, l'ancienne puissance coloniale doit accompagner les États de la sous-région dans cette phase transitoire, qui doit mener à terme au lancement de la monnaie eco dans toute la zone de la Communauté des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) d'ici à 2027.

Balance extérieure

C'est justement sur le rôle de la France que s'interroge les opposants à cette réforme. Jean-Gervais Tchéidé, député EDS proche de Laurent Gbagbo, dénonce surtout la parité de l'eco avec l'euro garantie par l'État français.

« Premièrement, l'euro est une monnaie forte. Et lorsque vous avez une parité avec une monnaie forte, les spécialistes nous disent que - à terme -, cela pénalise vos exportations, donc la balance extérieure va fatalement être déficitaire. Deuxièmement, dans l'accord, il est stipulé "se réserve le droit de revenir dans la gouvernance, si d'aventure une crise pointe à l'horizon", ce qui revient au même. »

La loi doit maintenant être adoptée au Sénat, avant sa promulgation par le président Alassane Ouattara.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X