Cote d'Ivoire: La CPI a levé le mandat d'arrêt contre Simone Gbagbo

Simone Gbagbo

La CPI lève son mandat d'arrêt contre Simone Gbagbo. L'ex-première dame ivoirienne était notamment accusée de crime contre l'humanité lors de la crise post-électorale de 2010-2011. La décision a été prise le 19 juillet dernier, un mois après le retour de Laurent Gbagbo en Côte d'ivoire, mais elle n'a été rendue publique qu'hier soir

La Cour pénale internationale décide donc que le mandat d'arrêt visant Simone Gbagbo « cesse d'être effectif », peut-on lire dans un document de sept pages classé « confidentiel » daté du 19 juillet, mais reclassifié « public » mercredi 28, et mis en ligne sur le site de la CPI le lendemain .

Dans cette décision, la Chambre s'appuie notamment sur les précédents jugements de la Cour : l'acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé en 2019 et la confirmation de leur acquittement en appel en mars dernier, qui ont je cite, « mis en évidence le fait que les preuves sur lesquelles était fondé le mandat d'arrêt visant Simone Gbagbo ne pouvaient plus être considérées comme suffisantes. » Ce mandat, dès lors jugé inapproprié, cesse de prendre effet.

« Simone Gbagbo pourra voyager librement »

Contrairement à son ex-mari, Simone Gbagbo n'avait jamais été livrée à la Cour pénale internationale, mais elle y était poursuivie pour quatre chefs constitutifs de crimes contre l'humanité : meurtre, viol, autre actes inhumains et persécution, commis au cours de la crise post-électorale 2010-2011.

Simone Gbagbo « pourra désormais librement voyager à travers le monde », se réjouit son avocat Maître Ange Rodrigue Dadjé. « Cette levée du mandat, explique encore l'avocat dans un communiqué, vient boucler définitivement les poursuites dont faisaient l'objet les Gbagbo devant la CPI. »

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X