Sénégal: Incitation à des pratiques sexuelles déviantes, atteinte à la morale et aux bonnes mœurs... - Le CNRA interdit la diffusion de la bande annonce de la saison 3 de «infidèles»...

30 Juillet 2021

Par la Décision n°0004 du jeudi 29 juillet 2021, l'Assemblé du Conseil national de Régulation de l'Audiovisuel (CNRA) interdit aux télévisions de diffuser la bande annonce de la saison 3 telle qu'elle est proposée sur Internet et tout contenu de la série «Infidèles», incitant à des pratiques sexuelles jugées déviantes ou contraires à la morale et aux bonnes mœurs. Cette décision qui prend effet à compter de sa publication est expliquée dans une note de contextualisation.

«Après en avoir délibéré, en sa séance du 29 juillet 2021», le Conseil national de Régulation de l'Audiovisuel (CNRA) «décide» : «interdiction est faite aux télévisions de diffuser la bande annonce de la saison 3 telle qu'elle est proposée sur Internet et tout contenu de la série «Infidèles», informe un communique du régulateur de l'audiovisuel au Sénégal. Selon la décision du CNRA, cette bande annonce incite «à des pratiques sexuelles jugées déviantes ou contraires à la morale et aux bonnes mœurs». Elle constitue «une incitation à la débauche ou un encouragement à s'adonner à une activité sexuelle, à la pornographie et à la prostitution» et porte «atteinte à la préservation des valeurs, sensibilités et identités culturelles et religieuses».

Le CNRA qui précise que «la présente décision prend effet à compter de sa publication», prévient que son non-respect, «outre l'interdiction définitive de diffusion de la série «Infidèles» sur toutes les télévisions de droit sénégalais, expose la ou les télévisions responsable (s) aux sanctions prévues par la loi n°2006-04 du 04 janvier 2006 portant création du CNRA et par la loi n°2017-27 du 13 juillet 2017 portant Code de la Presse».

Le régulateur qui s'est basé sur la Constitution, loi n°2017-27 du 13 juillet 2017 portant Code de la Presse, de la loi n°2006-04 du 4 janvier 2006 portant création du CNRA et le Cahier des charges relatif à l'établissement et/ou l'exploitation d'un service de télévision privée commerciale, a pris cette décision suite à la plainte du Collectif des 48 plaignants contre la série «Infidèles», en date du 27 juillet 2021. Il y a également les nombreuses autres plaintes/protestations reçues de Sénégalaises et de Sénégalais contre la série «Infidèles» et les extraits de la bande annonce de la troisième saison de la série «Infidèles» diffusée sur Internet.

Autant de manquements à la règlementation, notamment l'article 11.6 du Cahier des charges relatif aux productions interdites de diffusion qui ont poussé le conseil à réagir, conformément à sa mission de veiller au respect de la réglementation applicable à la communication audiovisuelle.

... ET EXPLIQUE SA DECISION

Mieux, dans une note de contextualisation, le CNRA explique sa décision, rapportée à son contexte. «Le Conseil National de Régulation de l'Audiovisuel revient, ce jeudi 29 juillet 2021, en rappel de ses missions de protection du Jeune Public, autant que des valeurs en partage dans la société sénégalaise. Le prétexte en est l'annonce de la diffusion prochaine de la Saison 3 de la Série "Infidèles". Celle-ci s'illustre un peu trop souvent, dans des séquences dont la violence des images est en nette contradiction avec ce que nos compatriotes attendent d'un cinéma éducatif. Le non respect de ce qui nous unit en tant que Nation ne peut se justifier par la seule préoccupation de gains pécuniaires ou de recherche de célébrité, quels que soient l'espace, le contexte ou les moyens mis en œuvre pour produire des images qui, au bout du compte, heurtent la sensibilité des publics sénégalais.»

Et le texte de relever que «ceux-ci sont présumés cible première des productions audiovisuelles locales, même si l'ouverture au monde est à encourager. La diffusion de valeurs ou contre-valeurs susceptibles de découler de contenus moralement déviants constituent une atteinte à la représentation que les Sénégalais voudraient promouvoir de leur pays et de son peuple, Voilà ce que le CNRA répète dans ses différents messages et notes aux éditeurs», rappelle-t-on dans le document. «Ce sont toutes ces considérations que le Collectif des 48 plaignants a mises en avant dans sa saisine du CNRA, en date du 27 juillet 2021.

Ledit collectif n'est pas isolé dans ses récriminations, au regard des nombreuses réactions de divers milieux de la société, relatives aux contenus visés dans la décision. Le Régulateur expose, dans sa décision en date du 29 juillet 2021, les risques qu'encourrait toute télévision qui diffuserait les images en question actuellement proposées dans la bande annonce, sur internet», conclut la même source.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X